BRAS DE FER ENTRE LES VENDEURS DE FRIPERIE ET ...

Jeudi 30.11.2017: 09H56

BRAS DE FER ENTRE LES VENDEURS DE FRIPERIE ET AUTRES ET LA MAIRIE DE BANGUI DEPUIS 05 JOURS

 

Rien ne va plus entre la mairie de Bangui et les vendeurs de friperie et autres, installés anarchiquement le long de l’avenue de l’Indépendance (terminus nord-rond point zéro) au centre-ville de Bangui, depuis cinq (05) jours. Et pour cause ? C’est un arrêté municipal pris par le maire Emile Gros Raymond Nakombo, demandant formellement à ces vendeurs et autres marchands de quitter l’espace qu’ils ont eu à occuper illégalement, avant le 28 novembre 2017. A cet effet, ils  devaient regagner le Parc du cinquantenaire (ex-jardin public) déjà aménagé, pour leur permettre d’installer et de vendre leurs divers marchandises et produits.

Mais à l’expiration du délai prévu, ceux-ci s’entêtent et refusent  catégoriquement de libérer le lieu en question. D’où une descente conjointe de la police centrafricaine et de la police municipale, munies des armes, des gourdins, voire même des flèches, pour les déloger manu-militaro de cet espace public, depuis le samedi 24 novembre dernier, jusqu’au jour d’aujourd’hui. Et c’est ce que nous qualifions d’un bras de fer entre les vendeurs de  friperie et autres et la municipalité de Bangui.

A ces deux (02) parties en conflit, nous leur disons que le contexte politico-sécuritaire actuel de notre pays ne sied pas pour engager inutilement un quel conque bras de fer qui ne dit pas son nom. Donc, il faut toujours recourir à la voie du dialogue, de la concertation pour régler pacifiquement nos différends et mésententes, afin de trouver un compromis, un terrain d’entente dans la douceur et la paix.

Aussi, nous faisons remarquer que « nul n’est au-dessus des lois et règlements de la République », étant donné que la RCA n’est pas une République bananière, mais plutôt un Etat de droit. A ce titre, l’usage de la force de droit doit rester aux autorités et institutions démocratiques, légitimes du pays et non le contraire. Et ceci pour améliorer le cadre environnemental et les conditions de vie de toute la population sans exception.

Le Petit YEKOA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×