BRAS DE FER ENTRE LES CONDUCTEURS DES TAXIS MOTOS

Vendredi 06 Janvier 2017 : 11H32

BRAS DE FER ENTRE LES CONDUCTEURS DES TAXIS MOTOS ET LES ELEMENTS DE LA POLICE NATIONALE ET MUNICIPALE AU CENTRE-VILLE DE BANGUI

 

 

Vu les désagréments à la libre circulation urbaine dont les conducteurs des taxis motos sont à l’origine, la municipalité de la ville de Bangui, pour cette année 2017,  a jugé opportun de leur trouver un lieu sûr de stationnement, au Centre-ville de Bangui. Ce lieu se situe aux abords du Stade Municipal, juste à l’entrée des gargotes communément appelées en sango « Da ti omba » . Et des panneaux de stationnement visibles à l’œil nu y sont implantés.

Malheureusement, comme d’habitude, ces conducteurs des taxis-motos, s’entêtent et continuent toujours de transporter leurs clients jusqu’au niveau de l’ancienne tête de stationnement, sise devant la clôture de l’ENERCA (rue allant au domicile du député Anicet-Georges Dologuélé).

C’est ainsi que le mercredi 04 janvier 2017, des éléments de la Police nationale et municipale, sont intervenus pour les rappeler à l’ordre. Mais ce n’était pas facile, car il y a eu un véritable bras de fer entre eux et ces conducteurs des taxis-motos sans foi, ni conscience. Jusqu'à quand ces conducteurs des taxis-motos vont-ils défier les instructions gouvernementales et municipales ?

Aux conducteurs des taxis-motos véreux et sans scrupule, nous disons que nous vivons dans un pays civilisé et de droit. Donc, quoi que vous disiez, quoi que vous fassiez, la « force de droit doit primer sur le droit de la force ». En un mot, la force doit rester à la loi », et non le contraire. Et les conducteurs des taxis-motos doivent l’apprendre à leurs dépens.

 

Le Petit YEKOA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire