BRAQUAGE REFAIT SURFACE AU KM5 : UN TAXIMAN EN A FAIT LES FRAIS

Mercredi 11 Janvier 2017 : 11H49

LE BRAQUAGE REFAIT SURFACE AU KM5 : UN TAXIMAN EN  A FAIT LES FRAIS

Le Km5 sera-t-il vraiment en paix ? Après la mort de principaux chefs des bandes armées qui sévissaient dans cette enclave musulmane de Bangui, tels Capi, alias « 50-50 », Abdoul Danda et tant d’autres, le Km5 semble retrouver son calme d’antan. Les gens vont et viennent. Les non musulmans qui ont déserté ce grand marché du Km5, considéré comme le poumon de l’économie de la mairie de Bangui, ont fait leur retour. Aujourd’hui, le Km5 est plein à craquer. On y trouve de diverses marchandises étalées ça et là par les musulmans commerçants, et ce, à de bons prix. Les éléments des Forces Armées Centrafricaines (FACA) dudit lieu et les autodéfenses veillent au grain sur les commerçants et tous ceux qui s’y rendent.

Malgré les efforts déployés par ces derniers, certains compatriotes malintentionnés persistent et signent dans des actes barbares. Dans un passé récent, un chauffeur de taxi avait été enlevé au niveau du bar dancing ABC par des criminels et son corps sans vie avait été retrouvé sous le pont Jackson. Nous ne savons pas si jusqu’au jour d’aujourd’hui les auteurs de cet assassinat ont été arrêtés et remis à la justice pour répondre de leurs actes indignes, inhumains et bestiaux.

Dans la nuit du dimanche 08 au lundi 09 janvier 2017 aux environs de 03 heures du matin, un taximan a été une fois de plus braqué par des hommes armés. D’après ce dernier, il a été pris en course par deux (2) jeunes malfrats. La destination que les malfrats ont indiqué au conducteur du taxi, était le bar Rex. Malheureusement pour lui, arrivés au niveau du pont Jackson, ces deux (2) individus ont sorti leurs pistolets automatiques et les ont brandis sur le taximan tout en lui demandant de changer de direction et de les conduire au quartier Bibalé. Or, dans ce quartier, un troisième malfrat se trouvait avec son kalachnikov. Quand ils sont parvenus à ce lieu, ce dernier a intimé l’ordre au taximan de descendre de la voiture. Il s’est exécuté. Ils lui ont demandé de leur donner la clé du taxi et les recettes de la journée et de la nuit. C’est ainsi qu’il leur a remis une somme de plus de cinquante-deux mille francs (52.  000 F) CFA. Ils  ont empoché la somme, sont montés dans la voiture et sont partis, laissant le pauvre taximan à son triste sort.

Ne sachant quoi faire, il s’est dirigé vers la base des éléments d’autodéfense du Km5. Ces derniers l’ont gardé jusqu’aux environs de 09 heures. Dieu merci, ils ont retrouvé le taxi et l’ont remis aux éléments des FACA, basés au Km5. Ont-ils  réussi aussi à mettre la main sur les braqueurs ? Difficile de le dire puisqu’aucune information n’est filtrée à ce sujet. Les auteurs de ce braquage sont-ils des drogués du Km5 ou des individus spécialisés dans ce genre d’actes ? Où se trouve leur base ? Pourquoi celle-ci n’est pas démantelée ? Qu’attendent les autodéfenses et les FACA dudit secteur pour les mettre hors d’état de nuire afin de permettre à leurs concitoyens de circuler et de vaquer librement à leurs occupations habituelles ? Autant d’interrogations qui nous laissent perplexes.

Mais un des éléments des FACA du Km5 a déclaré qu’ils n’ont pas des moyens roulants pour faire des patrouilles dans les différents quartiers afin de barrer la route à ces malfrats, pour ne pas dire les mettre hors d’état de nuire. Il a, par la même occasion, lancé un appel au gouvernement pour les soutenir. La balle est désormais dans le camp de nos gouvernants. Une chose est sûre, les autodéfenses et les FACA du Km5 se sont battus comme des hommes au masculin pour que la paix, la cohésion sociale et le vivre ensemble reviennent au Km5. N’eût été leur détermination, leur volonté à mettre fin aux agissements des drogués du Km5, la ville de Bangui ne pourra si vite retrouver une paix, du moins précaire, puisque les armes circulent encore en grande quantité. Et cet acte de bravoure est à mettre à l’actif d’Ali Fadoul, président des autodéfenses de ce secteur. C’est un homme de paix, du vivre ensemble, de la cohésion sociale et de la réconciliation nationale. Il faut l’aider à pacifier le  Km5 et ses environs, en d’autres termes les 3ème et 5ème  arrondissements de la ville de Bangui.

Les braquages commis par ces malfrats sur les conducteurs de taxi ont débordé le vase. Ces taximen sont des pères de famille qui cherchent leur pain quotidien et se battent pour nourrir leurs enfants et épouses. Grâce à eux, les Centrafricains vont au travail. Mais quand ils sont constamment braqués, auront-ils le courage de vaquer, normalement à leurs occupations habituelles ? Le ministre de la Sécurité Publique doit trouver des voies et moyens pour éradiquer ce phénomène qui prend encore de l’ampleur. Trop, c’est absolument trop. Mettre un terme aux braquages ne demande pas beaucoup de moyens.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire