« BOCARANGA ET KOUI, IL N’Y A NI SOUS-PREFET, NI GENDARMES ET PO..

Mercredi 21.12.2016 : 10H26

« BOCARANGA ET KOUI, IL N’Y A NI SOUS-PREFET,  NI GENDARMES ET POLICIERS ; A PAOUA, ABSENCE DU SOUS-PREFET DEPUIS 09 MOIS, SEULEMENT 04 ELEMENTS DE SECURITE INTERIEURE »  

Serge bokassa   Ce sont les propos tenus par Martin Ziguélé, président du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) et député de Bocaranga 3, invité du journal parlé de la radio Ndéké-Luka, de ce lundi 19 décembre 2016. Cela fait suite à une mission de travail qu’avaient effectuée les députés de Bocaranga 3 et 4 dans l’Ouham et ceux de l’Ouham-Péndé, la semaine passée, dans leurs circonscriptions électorales. Selon Martin Ziguélé, « le but de cette mission de travail est pour nous de sensibiliser toutes les couches sociales de Bocanga, de Koui et de Paoua sur l’importance de paix, de cohésion sociale et du vivre ensemble entre toutes les communautés. Durant trois (3) jours, nous avions rencontré et parlé sincèrement avec les leaders des groupes armés qui sévissent dans cette région du Nord-ouest du pays. Nous leur avions dit de respecter l’accord politique et de paix de Brazzaville au Congo de 2014 dont ils sont parties prenantes et signataires ; et surtout l’accord d’engagement de principe sur le DDRR du Forum National de Bangui (FNB), tenu du 04 au 11 mai 2015. Il est donc question pour ces groupes armés non conventionnels de déposer les armes en cessant les hostilités, de rester cantonner dans leurs bases respectives et de ne pas se promener avec des armes pour semer la terreur et la panique au sein des populations civiles. Tout ceci, dans l’attente du démarrage effectif du processus DDRR. Car la paix nous concerne tous et c’est l’affaire de tous sans exception. Malheureusement, nous avions tous regretté l’absence de l’autorité de l’Etat dans ces villes visitées. A Bocaranga et Koui, il n’y a ni sous-préfet, ni gendarmes et policiers. Mais à Paoua, il y a absence du sous-préfet depuis neuf (9) mois. On y trouve seulement deux (2) gendarmes et deux (2) policiers . Face à l’urgence sécuritaire qui consiste à protéger les civils, nous recommandons à l’Exécutif d’envoyer le plus vite possible les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) intérieures dans ces villes précitées », a-t-il conclu.  Une bonne initiative de la part des députés de l’Ouham et de l’Ouham-Péndé, qui mériterait d’être soutenue par l’Exécutif et d’être suivie par les autres élus de la nation. Le Petit YEKOA 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire