BATANGAFO : LA SITUATION SECURITAIRE ...

Jeudi 14 Septembre 2017 : 08H44

BATANGAFO : LA SITUATION SECURITAIRE TENDUE ET LES ONG HUMANITAIRES SUSPENDENT TOUTES LEURS ACTIVITES

Seleka 15Huit (08) jours après l’envahissement de la localité de Batangafo par des hommes armés non identifiés, la situation sécuritaire  reste toujours tendue et se détériore de plus en plus. Etant donné que ces criminels et assaillants se livrent à des massacres des civils, des pillages systématiques des biens publics et privés et des incendies des maisons et des villages entiers. Du coup, Batangafo s’est vidée de ses habitants et toutes les activités confondues sont paralysées.

Pire encore, ce sont les ONG humanitaires œuvrant dans cette localité qui sont la cible préférée de ces hommes armés non identifiés. Il y a eu non respect et violation à outrance du Droit International Humanitaire (DIH), obligeant les humanitaires à suspendre toutes leurs activités. Ce qui va davantage amplifier la vulnérabilité des conditions de vie des habitants de Batangafo et des villages environnants. D’où la population est tellement dépassée par l’insécurité qui y prévaut actuellement, insécurité due à la présence des hommes en armes depuis huit (08) jours. Elle  ne sait plus à quel saint se vouer pour être libérée et protégée.

Or, nul n’ignore que depuis plus de quatre (04) ans, la RCA, un Etat souverain, est privée de l’un de ses attributs de souveraineté,  à savoir l’armée nationale. Sans les FACA redéployées dans l’arrière-pays, quel miracle va opérer l’Exécutif en place, afin de protéger les civils sur toute l’étendue du territoire national et défendre l’intégrité de son territoire ? C’est la question fondamentale de l’heure qui se pose avec plus d’acuité et qui devait interpeller la conscience de l’opinion nationale et internationale, sur la question de la réhabilitation effective de nos FACA.

D’ailleurs, le haut commandement de la Minusca n’a cessé de clamer haut et fort, et à qui veut bien l’entendre que, « les Casques Bleus ne peuvent se métamorphoser, se multiplier partout pour protéger les populations civiles face aux actes criminels des groupes armés non conventionnels et autres malfrats de tout poils ». Une manière voilée de faire savoir au peuple centrafricain et à ses dirigeants, que seules les FACA sont habilitées à protéger leurs compatriotes et à défendre la patrie en danger, sous la coupe réglée des rebellions et du mercenariat étranger. Et non les soldats onusiens qui sont là que pour accompagner les Centrafricains et leurs autorités dans leurs efforts de recherche de la sécurité et de la paix, dans leur propre pays.

A y voir de près, avec tout ce qui se passe dans bon nombre de régions de la RCA, avec la présence permanente des groupes armés qui massacrent impunément les civils, tout porte à croire que les Casques Bleus sont déployés que pour jouer «  au médecin après la mort » ou « au sapeur-pompier après l’incendie » et non de protéger selon leur mandat, le peuple centrafricain. Dans ce cas de piètre figure, à quoi sert concrètement la présence des soldats onusiens sur le sol centrafricain ? La réponse à cette question revient à qui de droit.

Le Petit YEKOA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire