BARCAN (FRANCE) AU SAHEL CONTRE LES TERRORISTES,

Lundi 19 mars 2018 : 10H34

BARCAN (FRANCE) AU SAHEL CONTRE LES TERRORISTES, LA RUSSIE EN RCA CONTRE LES

BANDITS DE GRAND CHEMIN

L’option prioritaire de la France est de combattre les terroristes, pour les empêcher de venir sur le territoire de l’Hexagone. Emmanuel Macron a fait des pieds et des mains pour mobiliser l’argent nécessaire pour ces opérations. Une diplomatie offensive qui a porté ses fruits et le G-5 Sahel est en marche. Le chef jihadiste qui est dans le collimateur des Forces Françaises réussit toujours à passer entre les mailles. C’est une bonne chose que de secourir nos frères du Sahel en proie aux terrorismes. Mali, Burkina-Faso, Niger, Nigéria, Tchad, histoire de couper aussi l’herbe sous les pieds des migrants. C’est sous le couvert du phénomène de la migration que les terroristes trouvent un boulevard d’entrer en Europe.

La Russie en Centrafrique s’inscrit dans la même logique, mettre hors d’état de nuire les bandits de grand chemin, des criminels, des voleurs, des pirates de pierres précieuses et trafiquants d’armes. La Russie est venue aider les Centrafricains à retrouver la paix et la stabilité. Les Nations Unies sont là à travers la Minusca, mais les têtes continuent de tomber, les destructions se poursuivent, suivies des mouvements de population. Chaque jour qui passe, les ondes sont inondées d’informations macabres. Paoua, Bangassou et d’autres localités sont dans la convulsion d’insécurité. L’économie nationale est totalement paralysée. La crise centrafricaine a trop durée et la communauté internationale est sur la même longueur d’onde que le quotidien Centrafric Matin. Un groupuscule de bandits armés ne peut prendre en otage le destin de tout un peuple. Les écoles ne fonctionnent pas dans certaines localités, c’est un crime contre l’humanité. Pire encore, la RCA est confrontée depuis plusieurs années à une baisse vertigineuse de niveau des élèves. Or, l’école, c’est le devenir du pays. Un chef Anti-Balaka qui a abattu un Casque Bleu, a été arrêté et transféré à Bangui. La Cour Criminelle continue de faire le plein du box des accusés pour une prochaine session.

Les leaders des groupes armés les plus cruels seront ainsi récoltés comme des chenilles, les uns après les autres.

Le contingent gabonais s’en va, le contingent brésilien prend le relais, car la nature a horreur du vide. La Russie, nous l’espérons, mettra la main à la pâte après l’élection présidentielle.

 

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire