AZUR-RCA FERMEE POUR DELINQUANCE FISCALE (TVA), MAUVAISE GOU

Lundi 04 Sept 2017 : 11 Heures 15

AZUR-RCA FERMEE POUR DELINQUANCE FISCALE (TVA), MAUVAISE GOUVERNANCE ET TRES MAUVAISE GESTION (AFFAIRE J.P.O)

Dg azur et jpoLe fait de gérer une entreprise juteuse, une poule aux œufs d’or, place les directeurs généraux des téléphonies mobiles, des banques, au-dessus de la loi. Les Huissiers de Justice sont roulés dans la farine. Les DG jouent au chat et à la souris avec les lois de la République. Ils font salto avant, salto arrière, à gauche et à droite, comme bon leur semble. C’est le cas de Jean-Pierre Onomoma, l’homme a tout fait pour renflouer les caisses d’Azur-Centrafrique. Le Directeur Général le traine dans la boue, alors que c’est un père de famille, avec des enfants à l’école. Peut-on être inhumain jusqu’à ce point avec un très proche collaborateur ?

Comme on le dit, « le malheur ne vient jamais seul », le gouvernement somme Azur-Centrafrique de verser la TVA collectée à la caisse de l’Etat. Malgré un moratoire de 50 millions de FCFA, le DG Morel Chaou en fait à sa tête. A combien se chiffre le montant ? Le Directeur Général refuse systématiquement d’obtempérer aux exigences du Chef du gouvernement, d’où la fermeture de la société de téléphonie mobile Azur-Centrafrique. Où sont passées les recettes issues de la très grosse vente EVD ? Dans quelle banque ces recettes sont-elles logées ? Les Centrafricains sont si faibles devant l’argent que les DG exploitent cette situation. Ils se moquent de tout le monde. Il y a de l’argent, mais les DG jouent les durs pour amener les autorités à se plier ou à tendre la main sous la table. Ce n’est plus la caisse de l’Etat.

Pire encore, les salaires ne sont pas versés chaque le 25 du mois selon les dires du DG Morel Chaou, Consul du Benin en RCA. Des engagements pris vis-à-vis du personnel et qui ne sont pas tenus, discréditent un DG. Nous nous souvenons encore du DG de Ecobank qui jouait au chat et à la souris avec les institutions judiciaires, cachait les véhicules pour échapper à l’Huissier de Justice. Il est tombé sur des magistrats qui ont dit, « halte-là » ! Les droits des employés sont les droits des employés, il faut les payer, à défaut, les véhicules de la société ou de commandement sont saisis et vendus et c’est une honte, car il y a de l’argent pour payer dignement et préserver son honneur.

Pour la 3G+, le lancement était éblouissant, en grande pompe, une campagne à l’américaine, avec les artistes internationaux et nationaux. Fally Ipupa, la star du Congo-Démocratique la plus en vue. Une entreprise qui a des tensions de trésorerie, ne peut se permettre un tel luxe au Top Hit Parade. Un marketing de très haut standing à l’Hôtel Ledger Plaza, la référence en Centrafrique. Nous osons croire que les frais et les droits des redevances  de la 3G+ sont déjà versés à l’ART, au regard de l’opulence insolente étalée par Azur-RCA.

L’affaire Jean-Pierre Onomoma confirme avec brio la mauvaise gouvernance à Azur-RCA, une Société Anonyme (SA) et qui traduit amplement la mauvaise gestion. Le pire arriva, Azur-RCA est fermée. Et les salaires du personnel sont-ils totalement versés ? Il est question de plus d’un milliard de francs CFA dans un premier temps, montant qui risque d’atteindre plus de deux milliards de francs CFA. La sauce est véritablement trop salée pour Azur-RCA, alors que « gérer, c’est prévoir ». La gestion est hasardeuse et nos investigations se poursuivent, des prestataires de service pour le compte d’Azur-RCA, broient aussi du noir et ont les yeux rouges de colère. Azur-RCA doit changer de DG si elle veut rester en vie. Le déficit managérial est très prononcé, pour ne pas parler d’incompétence, d’incapacité notoires. Dans tous les secteurs, il y a des problèmes. Délinquance fiscale est une maladie incurable à Azur-RCA, autant de fois, elle a été fermée par le service des impôts au cour d’une année. Malheureusement, le ministère de tutelle ne semble pas à la hauteur pour mettre au pas, les brebis galeuses de la téléphonie mobile en RCA. Elles sont nombreuses. L’importance de l’ART qui devient l’Autorité de Régulation de Communication Electronique et des Postes (ARCEP) se fait sentir. Les sociétés de téléphonie mobile traînent les pas, alors que l’Etat a besoin de ces ressources  pour la sécurité et la paix. Ce sont des milliards qui dorment dans les comptes de ces sociétés, faute de rigueur des autorités compétentes. C’est bien dommage pour un pays à la croisée des chemins comme la RCA. L’ARCEP doit voir le jour le plus rapidement possible pour le bonheur des consommateurs centrafricains. Les réseaux sont désagréables et démontrent le mépris de ces sociétés de téléphonie mobile vis-à-vis des consommateurs.

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire