ASSASSINATS, INCENDIES DES MAISONS, TUERIES, MASSACRES :

Jeudi 13 Octobre 2016 : 08h54

ASSASSINATS, INCENDIES DES MAISONS, TUERIES, MASSACRES :

LA PAIX ET LA SECURITE REVIENDRONT-ELLES EN RCA ?

 

Maison incendieDepuis le déclenchement de la crise par la coalition Séléka et le renversement du régime de François Bozizé-Yangouvonda le 24 mars 2013, jusqu’à ce jour, les exactions des groupes armés n’ont guère connu de répit. Aujourd’hui, c’est telle ou telle ville qui est attaquée. Demain, c’est une autre. Après-demain, c’est le tour des régions du Nord ou de l’Est, par exemple. Et les actes barbares, inhumains, bestiaux des combattants des groupes politico-militaires vont d’une région à une autre, d’une ville à l’autre et d’un village à un autre. Si bien que les populations civiles ne savent où aller, où mettre pied, où se refugier.

Les milices Séléka et Anti-Balaka, sans oublier les rebelles ougandais de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA), du tristement célèbre général et sanguinaire, Joseph Kony poussent en RCA comme les champignons dans la forêt de la Lobaye. On peut même les comparer aux criquets ravageurs qui détruisent, chaque année, des milliers d’hectares de champ en Afrique de l’Ouest et de l’Est. C’est une véritable politique de terre brûlée qu’ils pratiquent sur toute l’étendue du territoire national. Du jour au lendemain, les centrafricains se confrontent à de dures épreuves de la vie.

Assassinats

Les assassinats sont devenus monnaie courante. C’est le cas du commandant Marcel Mombéka qui a été abattu froidement au Km5 par des drogués, des criminels, des bandits de grand chemin dans ce lieu sinistre qu’on peut appeler « Golgotha », c’est-à-dire lieu de crâne. Ces assassinats sont fréquents là-bas. Parfois les gens sont portés disparus. Et ce ne sont pas que les criminels du Km5 qui pratiquent ce genre d’actes. Il est répandu sur toute l’étendue du territoire. Des Anti-Balaka aux autres combattants Séléka, implantés dans toutes les régions du pays, c’est la même pratique.

Pour une modique somme d’argent (1000F), des individus se font assassiner par des milices qui n’ont ni foi, ni âme. D’autres personnes perdent leur vie à cause de la sorcellerie dont elles sont accusées à tort ou à raison. Nous ne pouvons énumérer tous ces cas d’assassinats qui sont fréquents et loin de voir le bout du tunnel car ces ennemis du peuple ne baissent pas toujours les bras.

Incendie des maisons

Les incendies des maisons et villages entiers ont sensiblement augmenté, ou être multipliés par cent (100). Tout se passe comme si ces habitations et villages ont fait du tort, du mal aux groupes armés. Ces maisons et villages ont-ils attaqué ces malfrats ? Dans le cas contraire, pourquoi s’en prendre à eux ? Qu’est-ce qu’ils ont fait à ces seigneurs de guerre ? Nous ne comprendrons jamais l’attitude de ces hors-la-loi. N’habitent-ils pas dans des maisons ? Ne les construisent-ils pas ? Autant d’interrogations qui nous laissent perplexes au regard de ce que nous constatons et observons aujourd’hui. Incendier une maison, on dit le plus souvent que c’est tuer le propriétaire. Et ces actes sont considérés comme crimes de guerre ou crimes contre l’humanité et sont punis conformément à la loi.

Nous exhortons nos compatriotes centrafricains qui ne faiblissent pas dans ces actes inhumains, à les abandonner. Nous osons croire qu’ils passent la nuit sous les toits des maisons, même si ces maisons ne leur appartiennent pas. Mais si un individu ou groupe d’individus mettent le feu à cette maison, où vont-ils mettre la tête ? C’est aux groupes armés de nous donner la réponse à cette question.

Tueries, massacres

Quand aux tueries et aux massacres, n’en parlons pas. Chaque jour qui passe, amène son cortège de malheurs. Des gens sont tués, égorgés à longueur de journée. Des têtes tombent et continuent de tomber sans que cela n’émeuve les tueurs à gage. Ce ne sont pas les populations du Km5, Kouango, Bambari, Kaga-Bandoro, M’Brès, Boda, …. qui nous démentiront. Dans ces villes précitées, des massacres ont eu lieu. Nous ne pouvons citer ces villes sans pour autant parler du massacre à la paroisse Notre-Dame de Fatima à Bangui. Les Banguissois et Banguissoises ont été témoins oculaires de ces actes ignobles. Même  après la tenue des élections et la mise en place des institutions de la République, les tueries et massacres font leur petit bonhomme de chemin. En tuant et en massacrant ces civiles innocents, quel profit y tirent les groupes armés ? Ces centrafricains qui sont tués, massacrés comme des bœufs à l’abattoir, ne sont-ils pas des humains comme les combattants des groupes politico-militaires ?

Face à ces exactions indescriptibles des groupes armés sur les paisibles citoyens centrafricains qui errent d’un lieu à un autre à la recherche d’un abri sûr, la paix et la sécurité reviendront-elles en Centrafrique? C’est la question que les Centrafricains se posent aujourd’hui. Mais nous leur disons tout simplement que, ce qui est impossible à l’homme, est possible à Dieu. Le gouvernement centrafricain fait des efforts surhumains pour ramener la paix et la sécurité sur l’ensemble du territoire. Comme l’œuvre humaine n’est jamais parfaite, nous pensons qu’avec l’aide de Dieu, le gouvernement y parviendra. Mais nous devons le soutenir dans des actions allant dans le sens de la paix et de la sécurité. Ne croisons pas les mains et ne restons pas dans nos coins, rien que pour critiquer. Apportons aussi notre pierre au retour de ces deux (2) concepts que nous ne cessons de réclamer à cor et à cri. C’est de cette manière que nous y arrivons.

La paix et la sécurité, ce n’est pas seulement l’affaire du gouvernement et de la Minusca. Mais elles concernent aussi tout le peuple centrafricain, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, y compris les groupes armés (Séléka et Anti-Balaka). Mobilisons-nous tous autour de  notre président, professeur Faustin-Archange Touadéra, pour la recherche de ces deux (2) pierres précieuses qui sont très capitales pour notre survie et la survie du pays.

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×