ASRP EN GREVE : LE MINISTRE DE L’ENERGIE

Mardi 02.08.2017 : 10H24

ASRP EN GREVE : LE MINISTRE DE L’ENERGIE IMPOSE L’ILLEGALITE

FLAGRANTE A UNE ENTREPRISE D’ETAT

Dg asrp et ministre energieLa RCA est loin de sortir de l’auberge, quant à la rupture, à la bonne gouvernance et au changement des mentalités et des pratiques. Le syndicat de base de l’Agence de Stabilisation et de Régulation de Prix des Produits Pétroliers (ASRP) a dénoncé avec force la nomination d’un fonctionnaire de l’Etat, en violation flagrante de la loi N° 08/011 du 13 février 2008, portant organisation du cadre institutionnel et juridique applicable aux entreprises et offices publics. En effet, sieur Gervais Ndokobanda, fonctionnaire de l’Etat, a été nommé à un poste de Directeur à l’ASRP. Or, il n’est ni Directeur Général (DG), ni administrateur, les seuls postes qui font exception dans la loi N° 08/011 du 13 février 2008. Le syndicat de base de l’ASRP a relevé ce couac qui tord le cou à la loi.

Curieusement, le ministère de l’Energie, des Mines et de l’Hydraulique ne veut en aucune manière corriger cette violation. Bien au contraire, le département de l’Energie monte sur ses ergots et impose à l’ASRP d’avaler de force cette pilule très amère. Qu’à cela ne tienne, le syndicat de base de l’ASRP saisit le Tribunal Administratif et le jugement a été rendu le 30 juin 2017, déboutant le ministère de l’Energie, des Mines et de l’Hydraulique : « Considérant que pour solliciter l’annulation de l’arrêté querellé, le requérant soutient que dans cet arrêté figure un fonctionnaire, ce qui est contraire aux dispositions de l’article 20 de la loi N° 08/011 du 13 février 2008, portant organisation du cadre institutionnel et juridique applicable aux entreprises et offices publics en RCA. Et porte préjudice aux travailleurs de l’ASRP, car au lieu de faire la promotion des cadres et agents de l’ASRP, le ministre a préféré nommé des fonctionnaires. L’ASRP est une structure dotée d’une personnalité juridique et une autonomie de gestion conformément à l’Acte uniforme du code OHADA, en ce qui concerne la gestion et le fonctionnement des sociétés privées… ». Enfin, « … Par conséquent, le syndicat de base de l’ASRP est fondé à demander l’annulation de l’arrêté querellé pour violation de la loi… ». Malgré la notification de ce jugement, le ministre de l’Energie, des Mines et de l’Hydraulique persiste et signe.

Le syndicat de base de l’ASRP ne baisse pas les bras. Il est obligé de saisir le Premier ministre, mais hélas, sans succès. La rupture prônée par Touadéra est morte, vive la médiocratie en Centrafrique. Dans ce pays, des affaires de cuisines, de poulets crevés, d’un chien écrasé, d’une mouche qui se bute à un mur, remonteront jusqu’au premier ministre pour terminer sa course au Cabinet du chef de l’Etat. Un Chef de service, un Directeur, Directeur général, un Chef de Cabinet, pire encore un ministre, personne ne veut prendre ses responsabilités. Tout le monde démissionne devant la parcelle de pouvoir que l’Etat lui confère. Les affaires de casseroles, les problèmes de gestion dans les entreprises publiques, deviennent une affaire d’Etat. Le Premier ministre est saisi depuis le 06 juillet 2017. N’ayant aucune réponse, le syndicat de base de l’ASRP vient d’émettre un « Préavis de Grève » à qui de droit. Pour un seul individu, un Office comme l’ASRP est dans la tourmente depuis plusieurs  mois parce que le ministre impose l’illégalité à cette entité. Comment comprendre qu’un ministre qui signe un arrêté ne veut pas corriger une erreur qui a été relevée ?

L’individu en question serait-il un parent, un ami, une connaissance, ou c’est le clientélisme ? Un si petit problème peut-il empoisonner l’atmosphère au sein de l’ASRP ? La RCA est-elle une jungle où le tort du plus fort prime sur la raison du plus faible ? Et pourtant, la loi est claire à ce sujet. C’est un drôle de gouvernement qui navigue à contre sens de la rupture de Touadéra. Chacun fait ce qu’il veut, même marche sur les lois de la République. Alors qu’une requête appelle une réaction, ce n’est pas le cas en RCA, pays par excellence de l’anarchie absolue. Certaines personnes ont ce privilège d’avoir de gros bras en haut pour les soutenir contre vents et marrées, contre le bon sens et la raison. Une chose est sûre, le Tribunal Administratif a consigné noir sur blanc que le syndicat de base de l’ASRP est fondée à demander l’annulation de l’arrêté querellé pour violation de la loi. Ô temps ! Ô mœurs ! Pauvre RCA.

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire