ARRIVEE MASSIVE A KAGA-BANDORO DES HOMMES LOURDEMENT ...

Mardi 10. Janv. 2017 : 10H17

ARRIVEE MASSIVE A KAGA-BANDORO DES HOMMES LOURDEMENT ARMES EN PROVENANCE DU TCHAD, KABO, MOYEN-SIDO : DANGER

Serge bokassa 2

La ville de Kaga-Bandoro est-elle devenue le Quartier Général (QG) des groupes armés ? Il ne se passe pas un jour sans que l’on signale la présence des hommes armés venus, soit du Tchad, soit des villes de Kabo et Moyen-Sido, frontalières avec ce pays voisin. Est-ce la porosité de nos frontières qui est à l’origine de cette incursion massive des combattants des groupes armés qui hantent les populations civiles à longueur de journée ?

Les témoignages des rescapés du carnage de Kaga-Bandoro, planifié et exécuté par Mahamat Alkhatime et ses hommes sont accablants, graves et doivent être pris au sérieux par nos gouvernants et les Casques Bleus de la Minusca déployés dans cette localité. D’après un habitant de cette ville joint par téléphone, « des hommes lourdement armés assimilés aux combattants Séléka et aux rebelles tchadiens sont arrivés massivement à Kaga-Bandoro. Certains étaient dans des véhicules, avec des armes lourdes. D’autres étaient sur des motos. Ils sont très, très nombreux. A les entendre parler, ils disent qu’ils sont venus prêter main-forte aux combattants du FPRC de Nourredine Adam et ceux du MPC de Mahamat Alkhatime qui serait emprisonné au Tchad, afin d’attaquer Ali Daras de l’UPC et ses hommes majoritairement peulhs. Jusqu’à la fin de la semaine passée, ils étaient encore dans la ville. Ils n’ont pas tiré un seul coup de feu. Les habitants de Kaga-Bandoro vivent aujourd’hui avec la peur au ventre car la psychose des tueries en grande échelle aux mois de septembre et octobre derniers est encore présent dans leurs esprits. Nous ne connaissons pas leur prochaine destination. Nous demandons aux autorités centrafricaines et aux Casques Bleus de la Minusca de prendre des mesures qui s’imposent pour ne pas que des tueries ne se répètent à Bandoro et dans les autres villes de la RCA ».

A la lumière de ces témoignages, nous pouvons volontairement affirmer que les affrontements intercommunautaires entre l’ethnie Goula du FPRC et les peulhs de l’UPC sont loin de voir le bout du tunnel. Avec la présence des hommes armés signalés à Kaga-Bandoro, les affrontements entre l’UPC et le FPRC vont bientôt recommencer, ce que nous ne voulons pas. Débutés depuis le mois d’août au village Kolaga, ces affrontements avaient successivement gagné les villes de Bria, Bakala, Ippy, Alindao et le village Ndassima. La ville de Bambari où Ali Daras et ses hommes se sont solidement implantés, avait été épargnée à cause du dispositif militaire pris par les soldats onusiens de la Minusca. Cette fois-ci, cette localité ne serait-elle pas attaquée ? Nous ne le souhaitons pas. Mais à l’allure où vont les choses, le pire est à venir si rien n’est fait par la Minusca pour stopper la progression de ces hors-la-loi, ces va-t-en guerre qui n’ont ni foi, ni conscience.

A quand la fin du calvaire de nos concitoyens dans les villes de l’arrière-pays ? Et pourtant, tous les Centrafricains ont pensé qu’avec cette année 2017, les choses vont aller dans le bon sens. Le processus Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR) des ex-combattants Séléka et Anti-Balaka, va se concrétiser effectivement. Mais hélas, tel ne semble pas être le cas. Les criminels du FPRC, du MPC et de l’UPC persistent et signent dans des actes barbares de tout genre. Ils n’ont qu’un seul objectif : la poursuite de la guerre et les exactions sur la population civile. Car, quand deux (2) éléphant se battent, ce sont les lianes et les herbes qui ploient sous leur fardeau. Où allons-nous avec ces affrontements intercommunautaires à répétition ? Si le FPRC de Nourredine Adam, le MPC de Mahamat Alkhatime et l’UPC d’Ali Daras étaient vraiment des Centrafricains de souche, nous osons croire que les combattants de ces branches dissidentes de la Séléka n’allaient pas agir ainsi. Malheureusement, ils ont à leur sein des mercenaires qui ne cherchent qu’à mettre la RCA à feu et à sang.

Il est temps que les Casques Bleus de la Minusca adoptent, appliquent leur mandat robuste face à ces criminels au cas où ils chercheraient à s’affronter pour la énième fois, car trop, c’est trop. Tant que ces rebelles ne seront pas attaqués, ils n’abandonneront pas l’usage de leurs armes. Les caresser toujours dans le sens du poils, ils se croiront tout permis et considèreront  leurs armes comme le bout de leur nombril. Des stratégies militaires très rigoureuses doivent être prises ou mises en marche pour étouffer dans l’œuf le projet machiavélique de ces malfrats. Il est hors de question que Nourredine Adam et Mahamat Alkhatime fassent venir des mercenaires pour attaquer les positions de l’UPC et vice-versa. Tous les différends doivent être résolus par le dialogue et non par l’usage de la force, un point, un trait.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire