ALI DARAS EST VENU EN CENTRAFRIQUE PAR LE BIAIS DE LA SELEKA :

Vendredi 17.02.2017 : 09H59

ALI DARAS EST VENU EN CENTRAFRIQUE PAR LE BIAIS DE LA SELEKA : PEUT-ELLE REJETER CELUI QU’ELLE A MIS AU MONDE ?

 

 

Incroyable, mais pourtant vrai. Le ciel commence à s’éclaircir sur les étrangers qui sont au sein de la Séléka. « C’est par notre biais qu’Ali Daras est venu faire la rébellion en République Centrafricaine », disait le feu Joseph Zoundéko, chef d’Etat-major du RPRC dans une interview accordée au RJDH, le 08 février 2017, trois (3) jours avant d’être abattu dans un raid aérien mené par la Minusca. Mythe ou réalité ? C’est une réalité. Ali Daras est bel et bien parachuté en République Centrafricaine par la coalition Séléka de Michel Djotodia. Alors, dans ce cas précis, les branches dissidentes de l’ex-Séléka, telles le FPRC, le MPC, le RPRC peuvent-elles rejeter Ali Daras qu’elles ont fait venir dans la rébellion en Centrafrique ?

C’est absurde et c’est vraiment de l’utopie. Le feu Joseph Zoundéko avait affirmé haut et fort que son objectif final est de marcher sur la ville de Bambari pour déloger Ali Daras et ses éléments de Centrafrique car ils ont incendié 400 villages, assassiné 20.000 personnes et ont fait déplacer plus de 63.000 personnes. A qui la faute ? S’interroge la rédaction de Centrafric Matin. Nous pensons pour notre part que ce sont les combattants de l’ex-Séléka qui sont toujours actifs sur le terrain qui ont contribué d’une manière ou d’une autre à la souffrance des Centrafricains. Ils sont coauteurs, complices des actes barbares commis par Ali Daras et ses éléments sur les paisibles citoyens centrafricains en général, et plus particulièrement ceux des préfectures de la Haute-Kotto, de la Ouaka, de la Basse-Kotto et une partie du Mbomou. Est-ce possible qu’un éleveur de moutons fasse venir un lion dans sa bergerie ? Et si cette situation est arrivée, qui accusera-t-il quand le lion se mettra à dévorer ses moutons ? Personne à ce que nous croyons. Il doit tout simplement endosser la responsabilité de ses actes irréfléchis.

Les combattants du FPRC, MPC, RPRC n’ont rien à reprocher à Ali Daras car c’est par leur canal que ce dernier est installé en RCA. De surcroit, c’est leur chef charismatique, Michel Djotodia, qui l’a nommé Com-Zone de cette région par leur consentement. Pourquoi ne s’étaient-ils pas opposés à cette nomination dès au départ ? C’est déjà tard. Ali Daras a profité de l’ignorance des combattants Séléka d’origine centrafricaine pour exploiter le pays et mâter son peuple. Nos compatriotes se sont contentés seulement du pouvoir de Bangui. Mais les étrangers, après la prise du pouvoir, ont pensé à autre chose : exploitation abusive ou à outrance de nos richesses naturelles et du sous-sol. Ce ne sont pas les mercenaires soudanais et tchadiens qui ont aidé Djotodia à prendre le pouvoir le 24 mars 2013, qui nous démentiront. Et c’est sous les yeux des Séléka centrafricains que les véhicules de luxe, les congélateurs, les climatiseurs, bref des objets de valeur, prenaient la direction du Tchad et du Soudan. Qu’est-ce que la coalition FRPC-MPC-RPRC peut-elle reprocher à Ali Daras ? Tout comme ce dernier, les combattants des groupes cités ci-haut ont incendié des maisons et villages, massacré des populations civiles et ont participé aussi au déplacement massif de leurs concitoyens Nourredine Adam et Mahamat Alkhatim ne se rappellent-ils  pas du carnage de Kaga-Bandoro, Batanagafo et autres ? Vraiment le ridicule ne tue pas en RCA.

Le déchu général président François Bozizé Yangouvonda avait clamé haut et fort qu’au sein de la Séléka, il y avait beaucoup de mercenaires étrangers. La Séléka avait nié en bloc cette accusation. Mais que se passe-t-il aujourd’hui après plus de quatre (4) ans ? Est-ce Bozizé qui a dit au RJDH que c’est par le canal de la Séléka qu’Ali Daras est venu faire la rébellion en RCA ? Cette affirmation n’est pas de Bozizé mais plutôt d’un soi-disant général qui a dirigé le combat pour la prise de pouvoir à Bangui. Il s’agit bel et bien du feu Joseph Zoundéko qui a éclairé la lanterne des Centrafricains.

Donc la manière dont la coalition FPRC-MPC-RPRC procède pour déloger Ali Daras de Bambari, n’est pas la bonne et peut conduire à des pertes en vies humaines considérables. Cette coalition qui mène une bataille acharnée contre l’UPC et son leader aurait dû mettre la main sur Ali Daras et l’a renvoyé dans  son pays natal, puisque c’est elle qui l’a fait venir en RCA. Si les combattants de l’ex-coalition Séléka pensent pour leur part qu’Ali Daras est un étranger et qu’il faut qu’il parte, il y a un volet Rapatriement. Qu’ils se tiennent à ce volet. Et tous les étrangers qui pullulent dans le FPRC, MPC, RPRC doivent partir aussi. Car la RCA appartient aux Centrafricains.

Aujourd’hui, grâce à feu Zoundéko, les centrafricains savent qu’Ali Daras, leur bourreau est venu en Centrafrique par le truchement de la Séléka. Donc, tous les actes barbares, indignes, bestiaux qu’il a commis en RCA, reposent entièrement sur ceux qui l’ont fait venir. Demander à Ali Daras de quitter la RCA, ce n’est pas mauvais en soi. Rejeter celui qu’on a engendré, c’est vraiment bizarre. La coalition FPRC-MPC et RPRC a reconnu leurs erreurs. Désormais, cette coalition ne fera plus appel aux étrangers pour combattre à leurs côtés car tout peut arriver. Ali Daras en est une parfaite illustration.

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire