ALI DARAS AUSSI CRUEL QUE MAHAMAT ALKHATIM

Lundi 13.11.2017 : 11H03

ALI DARAS AUSSI CRUEL QUE MAHAMAT ALKHATIM : 02 HUMANITAIRES ENLEVES A MINGALA, UN AUTRE TUE A KAGA-BANDORO

Malgré l’adhésion du MPC de Mahamat Alkhatim et de l’UPC de Ali Daras au processus Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR), sans oublier les différents accords de paix, de cessez-le-feu immédiat, de cessation des hostilités et de non agression, les exactions sur les populations civiles se poursuivent allègrement. Les combattants de l’UPC et du MPC n’ont pitié pour personne. Tous ceux qui se présentent devant eux sont leurs ennemis jurés. Ces derniers temps, c’est le personnel des ONG humanitaires tant nationales qu’internationales qui est pris pour cible dans les différentes régions de la RCA. Chaque jour qui passe amène son lot de malheurs : Kidnapping par-ci, tuerie des humanitaires par-là.  Dans la ville de Mingala, située dans la préfecture de la Basse-Kotto, les combattants de l’UPC de Ali Daras ont enlevé deux (2) humanitaires de l’ONG Atedec alors qu’ils revenaient d’une mission auprès des personnes vulnérables qui ont besoin de leur aide. Ils ne sont ni de près, ni de loin impliqués dans la crise. Ce ne sont pas des combattants mais plutôt des gens qui apportent secours. Quand les rebelles sont blessés dans les affrontements, ils les soignent. Même s’ils sont tués dans les combats, ces humanitaires récupèrent leurs corps, les enterrent dignement. Pourquoi tant de cruautés à leur encontre ? Quel péché mortel ont-ils commis pour mériter un tel sort ? Mais ce qui est curieux, les combattants de l’UPC n’ont enlevé que des humanitaires centrafricains qui faisaient partie de cette mission. Les hommes de Ali Daras les ont-ils confondus aux Anti-Balaka (Autodéfenses) ? Nous leur disons purement et simplement qu’ils ne sont pas des milices mais des humanitaires qui sont au chevet des populations civiles en détresse. Ali Daras et ses hommes ont l’obligation de les libérer le plus vite possible afin qu’ils rejoignent leur foyer respectif et reprennent leurs activités.  Pareillement à Kaga-Bandoro, fief du MPC de Mahamat Alkhatim, Youssouf Atteipe, un humanitaire de la Croix-Rouge Centrafricaine est assassiné par des combattants non encore identifiés. S’agit-il des hommes du MPC ou des Anti-Balaka ? Aucune information n’est filtrée à ce sujet. Mais nous pensons pour notre part qu’il a été tué par le MPC présent dans la ville de Kaga-Bandoro. L’implication des Anti-Balaka ou des bandits dans ce meurtre n’est pas exclu. C’est vraiment triste, indigne, bestial de s’en prendre aux humanitaires qui maintiennent aujourd’hui les Centrafricains sous perfusions. Sans leurs aides multiformes, quel sort sera-t-il réservé au peuple centrafricain aussi bien à Bangui, la capitale que dans l’arrière-pays ? Les groupes armés ont-ils vite oublié que ce sont ces humanitaires qui leur donnent à manger, les soignent ?  Vraiment, le ridicule ne tue pas en Centrafrique. Si les combattants rebelles se comportent ainsi à l’égard du personnel des ONG humanitaires, nous pouvons affirmer sans nous tromper qu’ils ont perdu le bon sens et la raison. C’est vraiment inadmissible, inacceptable ce genre d’atrocités, de cruautés des groupes armés vis-à-vis des humanitaires, des civils, et nous en passons. Tout ceci doit cesser pour toujours. Ali Daras et ses hommes qui écument à petit feu les Centrafricains dans la préfecture de la Basse-Kotto ne sont pas des extraterrestres. Il en est de même pour Mahamat Alkhatim et ses poulains qui sèment la terreur et la désolation au sein des populations de la Nana-Gribizi et une partie de l’Ouham. Ce sont des êtres humains comme nous. Ils ne sont pas invincibles comme ils le pensent. Nous leur posons la question suivante : Où sont passés aujourd’hui Mobutu Sésé Séko, Kadhafi, Saddam Hussein, Jonas Savimbi, Samuel Doe ? Les cas de ceux-là qui se croyaient plus forts devraient donner matière à réflexion à Ali Daras, Mahamat Alkhatim et leurs hommes. Car nous avons l’impression à l’heure actuelle que ces deux (2) chefs de guerre sont trop cruels, sanguinaires. Etant donné qu’ils ne sont pas des Centrafricains, ils agissent comme bon leur semble. Nos compatriotes dans l’arrière-pays, à leurs yeux, sont des chairs à canon, des bœufs à abattre, des mouches à écraser. Ali Daras et Mahamat Alkhatim ont franchi le seuil de l’intolérable en prenant pour cible les humanitaires qui sont neutres et impartiaux dans la crise qui secoue la RCA. La Minusca et le gouvernement doivent les arrêter le plus rapidement possible pour que cessent les exactions sur les civils et les humanitaires dans les préfectures de la Nana-Gribizi, de la Basse-Kotto et tant d’autres. L’Exécutif américain à travers son ambassade à Bangui, doit aussi aider le gouvernement dans ses efforts de redéploiement des Forces de Défense et de Sécurité dans l’arrière-pays afin de protéger les civils centrafricains. Le sang des humanitaires a trop coulé sous le pont. Une mesure draconienne d’urgence doit être prise par les autorités et les responsables de la Minusca afin de protéger ces humanitaires dans l’exercice de leur fonction. Sinon…  

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire