AHS-RCA : LE PLUS GRAND SCANDALE FINANCIER DU S...

Mardi 11.09.2018 : 10H30

AHS-RCA : LE PLUS GRAND SCANDALE FINANCIER DU SIECLE AVEC LE MINISTRE THEODORE JOUSSO; ARTICLE 10 ET ARTICLE 2, OU VONT LES RECETTES ?

Ministre theodore joussoLes activités de la société AVIATION HANDLING SERVICE CENTRAFRIQUE (AHS-RCA), chargée d’assistance en escale à l’Aéroport International Bangui M’poko, sont suspendues. Et pour cause, une gestion scandaleuse, opaque et nébuleuse du ministre Théodore Jousso. Deux arrêtés du premier ministre, Chef du gouvernement, l’un du 04 septembre 2018, N° 0021, portant suspension de l’Arrêté N° 001/17/MTAC/DIRCAB/DGTAMH du 03/10/2017 ; l’autre N° 022, du 05/09/2018, crée une administration provisoire chargée d’assurer la gestion des activités d’assistance en escale à l’Aéroport International Bangui M’poko. L’Administration provisoire est composée comme suit : Président : Binga Bassoukpalo ; Vice-président : Guy Blaise Ouaby ; Laurent Léngandé, Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Bangui ; le Cabinet AFRIC AUDITEC, représenté par Eric Sorongopé Zoumandji, Expert comptable.

L’Administration provisoire qui assure la gestion provisoire des activités d’assistance en escale, est chargée de :

- Assurer la bonne gestion des activités d’assistance en escale à l’Aéroport International Bangui M’poko, pendant la période provisoire ;

- Autoriser tous les actes de gestion, en ce qui concerne le recouvrement des droits et taxes et l’exécution des dépenses de fonctionnement ;

- Ouvrir un compte bancaire pour loger les recettes tirées des activités d’assistance en escale ;

- Procéder à un AUDIT financier et comptable de la société AHS-RCA depuis sa création en vue de vérifier la conformité des déclarations des chiffres d’affaires annuels déclarés ;

- Rédiger un Rapport de fin de mission dans la perspective de la signature d’un nouveau contrat de concession de l’activité d’assistance en escale en République Centrafricaine. Le mandat est de trois mois.

Où vont les recettes ?

L’ASECNA verse des sommes au ministre Théodore Jousso. Art 10 verse : 6.450.000 FCFA. Article 2 verse : 4.000.000 FCFA. Et pourtant, un texte interdit aux sociétés de financer les départements ministériels. Les 4.000.000 FCFA sont octroyés par le siège de l’ASECNA à Dakar, pour appui institutionnel, autrement dit, la formation, le renforcement des capacités du personnel. Or, le ministre Jousso a ouvert un compte propre à lui pour gérer à titre personnel et de manière opaque, nébuleuse, mafieuse ce fonds. Article 10 a acheté un véhicule V8 au ministre, mais curieusement à usage domestique . Le Fonds de développement par voie d’eau a également acheté un véhicule au ministre, mais affecté à d’autres fins.

Gestion chaotique des Ressources Humaines

Le Délégué du directeur général, Kossimazouka a été limogé afin que le ministre ait les mains libres et la voie libre pour faire ce que bon lui semble. ATAZI nommé délégué du directeur général par intérim n’est pas encore confirmé. C’est l’homme de main du ministre Jousso, chargé de massacrer les recettes, pour renflouer les poches de celui-ci .

 

AHS-RCA

Les recettes annuelles de cette société avoisinent les deux milliards de francs CFA. Les redevances de concession qui reviennent à l’Etat centrafricain font 08 %, dont 70 % à l’ANAC et 30 % au MTAC. Il se trouve aussi que le contrat de AHS-RCA est arrivé à expiration en 2017. Par contre, la reconduction de l’agrément qui court encore, n’a respecté aucune clause. En 2016, la totalité des 08 % de redevances de concession, a été empochée par le ministre en personne. Son aide de camp est l’argentier de circonstance. C’est lui qui décharge le montant intégral variant entre 20 et 30 millions de FCFA. Un jour, le caporal des FACA, son aide de camp, prend le même montant et s’évanouit dans la nature. Les efforts du ministre Jousso pour récupérer cet argent ont été vains. « Monsieur, si vous voulez cet argent, allons en justice. Vous aussi, vous avalez l’argent de l’Etat. Ce n’est pas normal… », a dit le caporal. Le ministre ne pouvait se permettre d’aller en justice.

L’épouse du ministre Jousso intervient dans les affaires de l’Etat avec AHS-RCA, incroyable, mais pourtant vrai ! Dieu merci, l’Administration provisoire a pris fonction depuis ce jeudi 06 septembre 2018. Un AUDIT a démarré pour faire l’état des lieux de AHS-RCA.

La bonne gouvernance

Toutes les compagnies aériennes et le personnel de AHS-RCA ont sauté du champagne, dansé la Bamboula, pour saluer les deux arrêtés du premier ministre qui sauvent AHS-RCA du naufrage collectif. C’est la panique au sein des Jousso (M. et Mme). Des appels de détresse des Jousso au chef de l’Etat, au ministre de la justice, mais hélas, peine perdue. Le premier ministre a frappé dur, un coup de maître, car un ministre ne peut se permettre de telles extravagances avec les deniers de l’Etat. En principe, le couple Jousso mérite la détention préventive.

Le personnel de AHS-RCA promet de confectionner  une banderole pour soutenir le premier ministre, et faire à cœur ouvert le grand déballage. Il faut préciser que le Procureur de la République est membre de l’Administration Provisoire. Les carottes sont bien cuites pour le ministre Jousso. L’AUDIT promet d’autres révélations scandaleuses, spectaculaires. Il y a une culture que les ministres caressent, « nommer des gens qui font leur volonté et non celle de l’Etat, l’employeur ».

A la Socatel, ce fut le même schéma entre le ministre de tutelle et le directeur général, Gréla-Mpoko. Le même schéma encore entre le ministre des Transports et de l’Aviation Civile et le délégué du directeur général, Kossimazouka. Les DG qui ont la tête sur les épaules, accrochés à l’orthodoxie financière, sont limogés, alors qu’en réalité, ils rendent service aux ministres. Malheureusement, les ministres préfèrent ceux qui agissent à l’aveuglette, font leur volonté, incompétents, médiocres. L’essentiel est d’être au service des caprices d’un ministre, véritable criminel économique. Et patatras, le scandale éclate au grand jour.

L’Audit de AHS-RCA réserve d’autres révélations encore plus scandaleuses et plus désagréables. La RUPTURE prônée par Touadéra ne concerne pas le ministre Théodore Jousso qui se croyait tout permis. Il est au gouvernement pour se servir, se faire servir sur un plateau d’or, car il n’a de compte à rendre à personne. L’impunité Zéro ne concerne que les groupes armés et non la gouvernance, la transparence, l’intégrité, l’honnêteté. Le premier ministre a simplement levé le voile sur un crime financier érigé en mode d’enrichissement rapide. Le dossier est lourd, voire très lourd. (Feuilleton à suivre). Nos investigations se poursuivent.

(Pièce jointe, page 08)

 

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×