400 MORTS DANS LA OUAKA ET LA VILLE DE BAKOUMA..

Lundi 27/03/2017: 09H12

400 MORTS DANS LA OUAKA ET LA VILLE DE BAKOUMA SUITE AUX AFFRONTEMENTS ENTRE L’UPC ET LE FPRC, L’UPC ET LES ANTI-BAKALA

Seleka 7La préfecture de la Ouaka sera-t-elle vraiment en paix ? Difficile de le dire. Tout se passe comme si après le départ de Ali Daras de Bambari, les tueries, les incendies de villages ont redoublé d’intensité. Chaque jour qui passe, amène son lot de malheurs. La coalition FPRC-MPC-RPRC, menée par Nourredine Adam et l’UPC dirigée par le « mal nécessaire », Ali Daras, ne laissent aucune chance à leurs compatriotes de vivre en paix. De jour en jour, on ne fait que parler de ces seigneurs de guerre, ces hors-la-loi, ces criminels sans foi, ni loi.

Durant la semaine écoulée, des affrontements très meurtriers ont opposé les deux (2) groupes rivaux dissidents de l’ex-coalition Séléka, l’UPC et le FPRC, dans le village Yacine, non loin de la commune de Agoudou-Manga. Selon le député de Bambari 3, l’honorable Anatole Démagou, « plus de quatre cents (400) personnes (hommes, femmes, enfants) ont été tuées. Des villages et des greniers ont été incendiés. Ceux qui ont pu prendre la fuite, se retrouvent aujourd’hui dans la brousse pour échapper à la furie meurtrière de ces criminels. D’autres ont parcouru plus d’une centaine de kilomètres à pieds, dans la brousse, pour rejoindre la ville de Bambari ». L’élu de la nation n’est pas passé par quatre chemins pour pointer du doigt accusateur l’UPC et a demandé au gouvernement et à la Minusca d’intervenir aussi vite que possible pour sauver des vies humaines.

Le porte-parole de l’UPC, Souleymane Daouda a, quant à lui, accusé la coalition d’avoir attaqué leur position. « C’est la coalition qui a attaqué nos positions. Elle a contourné la ligne rouge, et est arrivée dans les villages Waza-Waza et Yacine, incendiant des chantiers diamantifères et aurifères. Le bilan est de quarante cinq (45) morts. L’UPC est intervenue pour mettre les éléments de la coalition en débandade », a-t-il fait savoir. Le bilan de ces affrontements varie d’une source à une autre. L’honorable député parle de plus de 400 morts et des maisons incendiées, alors que le porte-parole de l’UPC avance un bilan de 45 morts et des maisons brûlées. L’élu de la nation a rendu l’UPC responsable de ces tueries à grande échelle, ce que Souleymane Daouda nie en bloc et accuse la coalition FPRC-MPC-RPRC d’être à l’origine de ces tuéries. Ce qui est sûr, des centaines d’individus ont perdu leur vie dans ces affrontements entre l’UPC et la coalition. Ni l’UPC, ni le FPRC ne pourraient accepter d’être responsables de ces massacres. C’est ce qu’ils ont toujours fait et continuent de le faire.

Nous pensons pour notre part que chercher les auteurs de ces crimes odieux, c’est perdre du temps inutilement. Nous les connaissons déjà. Ce sont les combattants du FPRC et de l’UPC qui sont à l’origine de ces actes barbares. Aucun groupe armé, autres que l’UPC et la coalition FPRC-MPC-RPRC, n’est basé dans la Ouaka et ses environs. Donc, si ce n’est pas l’UPC, c’est la coalition, un point, un trait. Ce que nous devons faire, c’est de demander aux Casques Bleus de la Minusca de sécuriser toute la préfecture de la Ouaka. Il ne s’agit pas seulement de déclarer Bambari, « ville sans armes », « ville sans groupes armés ». Bambari est l’une des villes faisant partie intégrante de la préfecture de la Ouaka. Ce n’est pas seulement à Bambari que des gens sont tués, des maisons incendiées. Ce qui se passe à Bambari, on le retrouve à Bakala, Ippy, Kouango, Ngakobo. D’où nécessité de protéger toutes les villes de la Ouaka.

Si rien n’est fait dans ce sens, alors, tous les habitants de ces villes vont s’entasser dans la ville de Bambari. A en croire le député de Bambari 3, les fugitifs ont pris d’assaut cette localité. Et c’est grave car leur condition de vie se dégrade davantage. Un adage dit, « on est bien chez-soi qu’ailleurs ». C’est la raison pour laquelle certains compatriotes se trouvant dans la préfecture de la Ouaka préfèrent rester chez eux, au lieu de se déplacer à Bambari, hyper-sécurisée par la Minusca. Malheureusement pour eux, ils sont massacrés par les hommes de Ali Daras et de Nourredine Adam comme des bœufs à l’abattoir. Mieux vaut sécuriser toute la région pour éviter des pertes en vies humaines que de se contenter seulement de la ville de Bambari. Ceux  qui sont à Bambari sont des êtres humains au même titre que les habitants à la périphérie de Bambari. Tous ont droit à la protection.

Comme les massacres des populations de la Ouaka ne suffisent pas, les hommes de l’UPC s’en sont encore pris aux habitants de Bakouma. Des affrontements sanglants, violents opposent ces criminels patentés aux éléments d’auto-défense de ladite ville. Ces derniers ont pris le dessus. Des renforts envoyés par l’UPC depuis Nzako se dirigent en ce moment vers Bakouma. Probablement, dans les jours à venir, l’UPC et les éléments d’auto-défense qui seraient des Anti-Balaka, vont encore s’affronter. En ce moment-là, les morts ne se comptent plus. Des villages entiers partiront en fumée. Des milliers de nos compatriotes trouveront refuge en brousse et auront du mal à se nourrir. Car les représailles des hommes de l’UPC sont très meurtrières et dévastatrices. En outre, les populations de Bakouma seront dans la gueule d’un autre lion, l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) de Joseph Kony qui se trouve présentement dans le Mbomou et le Haut-Mbomou. Sans nous tromper aujourd’hui, la population de Bakouma et ses environs est entre le marteau et l’enclume, l’UPC d’un côté et la LRA de l’autre.

La Minusca et le gouvernement doivent agir vite pour sécuriser, protéger les populations de la Ouaka et celles de la ville de Bakouma qui sont prises en étau, en tenailles par les groupes armés, FPRC, RPRC, MPC, UPC, Anti-Balaka et LRA. Dans le cas contraire, la préfecture de la Ouaka n’existera que de nom et on ne retrouvera que des tombes ou des fosses communes. L’insécurité grandissante dans les environs immédiats de Bambari doit interpeller la conscience de tout un chacun. Des voies et moyens doivent être trouvés pour mettre fin aux agissements de la coalition FPRC-MPC-RPRC et de l’UPC.

Quant à la ville de Bakouma, des Casques Bleus de la Minusca doivent être déployés dans cette localité pour palier à toutes attaques contre les civils venant, soit de l’UPC, soit des Anti-Balaka.

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire