« 250 P0LICIERS ET 250 GENDARMES SERONT RECRUTES ET FORMES

Jeudi 05/01/2017 : 09H14

Faustin archange 2

« 250 P0LICIERS ET 250 GENDARMES SERONT RECRUTES ET FORMES PAR LA MINUSCA. D’AUTRES CONTINGENTS SERONT RECRUTES ET FORMES A L’EXTERIEUR », DIXIT TOUADERA : LES CHOSES SERIEUSES COMMENCENT POUR LA JEUNESSE 

 

Dans son discours à la nation à l’occasion de la fête du nouvel an, le président de la République, le professeur Faustin-Archange Touadera vient de donner une lueur d’espoir à la jeunesse centrafricaine. Selon le professeur Faustin-Archange Touadera que nous paraphrasons, « deux cent cinquante (250) policiers et deux cent cinquante (250) gendarmes seront recrutés et formés par la Minusca. D’autres contingents seront recrutés et formés à l’extérieur. Je veillerai personnellement à ce que ces recrutements se fassent dans la transparence et dans toutes les régions du pays… ». Les choses sérieuses  commencent déjà pour la jeunesse centrafricaine plongée dans la misère, le chômage,  bref la souffrance la plus ordurière.

La jeunesse constitue le poumon de développement dans tout Etat au monde. Force est malheureusement de constater qu’en RCA, la jeunesse est toujours reléguée au dernier rang durant tous les régimes qui se sont succédés à la tête de l’Etat. Chaque année, de jeunes centrafricains sortent avec des diplômes universitaires ou dans  des écoles de formations professionnelles. Hélas,  peine perdue pour eux car il faut attendre dix (10) à quinze (15) ans afin d’être intégrés dans la fonction publique. Au jour d’intégration, c’est seulement un petit nombre qui est pris en compte par l’Etat car les moyens lui font défaut. Et les autres vont continuer à moisir à longueur de journée dans les quartiers à ne rien faire. Conséquence, certains de ces jeunes diplômés sont prêts à prendre les armes pour rentrer dans la rébellion, soit pour trouver de quoi nourrir leur famille, soit pour avoir un petit boulot. C’est ce que nous avons vu durant la rébellion de Bozize en 2003,  puis celle de Michel Djotodia en 2013 où la majorité de jeunes diplômés sans emploi ont décidé de prendre les armes pour espérer à une vie décente quand leur leader sera au pouvoir.

C’est le même son de cloche du côté des petits commerçants, des jeunes éleveurs et agriculteurs, des jeunes maçons, menuisiers qui ne baissent pas les bras chaque jour afin d’éviter le chômage, la misère et la pauvreté et gagner leur pain quotidien. Certains ont fini par se décourager et préfèrent rester dans les quartiers en cherchant des occasions faciles pour braquer, voler, piller, incendier sans foi, ni loi. D’autres jeunes qui ne savent quoi faire exactement préfèrent passer leur journée à côté des vins de palme (kangoya, bossongo) ou l’alcool de traite (ngbako) pour camoufler leur oisiveté. Dans ce cas d’espèce, qui allons-nous accuser ?

Ailleurs, le gouvernement encourage la jeunesse dans le sens de la créativité des activités génératrices de revenus, de l’entreprenariat, de petit commerce…pour réduire le taux de chômage des jeunes. Et nous osons croire que le chef de l’Etat vient de donner l’espoir à la jeunesse centrafricaine à travers ces recrutements. Seulement, nous nous posons la question  de savoir si ces recrutements se feront exactement sur la base de la transparence comme l’a annoncée le président de la république. Nous avons toujours entendu parler de la rupture prônée par les nouvelles autorités du pays. Mais les réalités sur le terrain démontrent une autre chose. Les veilles habitudes demeurent toujours dans les administrations publiques et privées, ainsi que les sociétés d’Etat en RCA. Les fonctionnaires et agents de l’Etat viennent  au travail comme bon leur semble et repartent à la maison comme ils veulent. Pour qu’un directeur général ou d’un ministre appose son auguste signature au bas d’un document, il faut à chaque étape verser une somme de 1000 ou 2000 FCFA en fonction des personnes rencontrées. Dans le cas contraire, le document est classé dans le tiroir pour mille (1000)  ans.

Les recrutements en RCA se font souvent sur les critères d’affinité ethnique, raciale, régionaliste, politique et religieuse. Conséquence, l’administration centrafricaine est remplie des fourbes, des hypocrites, des profito-situationnistes qui ne visent que leur propre intérêt au détriment de l’intérêt national. La RCA ne peut que tourner en rond à cause de ces genres de pratiques du moyen âge qui n’honorent personne. Les autorités en charge de la police et de la gendarmerie doivent prendre toutes les  mesures nécessaires afin que ces recrutements se fassent sur le critère de la compétence et d’intégrité. Nous savons d’avance que dans ce genre de recrutement, les parents vont courir dans tous les sens pour chercher à corrompre les organisateurs avec des billets de banque afin que leurs enfants soient enrôlés. Il y aura bien évidemment la falsification des diplômes qui vont permettre à certains d’être recrutés. A Cet effet, la vigilance doit être de mise pour démasquer tous les mauvais citoyens qui veulent empester l’espace vital des centrafricains. « Un homme averti en vaut deux », dit-on.

 

Benistant MBALLA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire