2 FACTIONS DU FPRC ET LES AUTODEFENSES

Ven. 22.09.2017: 09H41

BRIA : LES 02 FACTIONS DU FPRC ET LES AUTODEFENSES PRETS A DEPOSER LES ARMES MAIS A CONDITION QUE LES MERCENAIRES TCHADIENS ET SOUDANAIS SOIENT RAPATRIES

Abdoulaye hissene cadre militaire et politique de la coalition du fprcC’est une bonne nouvelle pour les habitants de Bria dans  la Haute-Kotto en particulier, et du peule centrafricain en général. En fait, les leaders de deux (02) factions rivales du FPRC, Azor Klalid et Abdoulaye Hissène, ont décidé de cesser tous les affrontements, afin de faire la paix. Ils se sont engagés et se disent prêts à déposer leurs armes dans le cadre du programme DDRR des groupes armés. Même son de cloche chez les Autodéfenses de la ville de Bria, mais à condition que le dernier « R » du DDRR qui est le Rapatriement des mercenaires tchadiens et soudanais soit mis en exécution effective.

C’est ici le lieu indiqué pour nous, d’apprécier à sa juste valeur les prises de positions patriotiques des chefs de deux (2) factions rivales du FPRC et des Autodéfenses de Bria. Car, ils ont compris et pris conscience que ça ne sert à rien de s’entretuer, de massacrer les civils, d’incendier des maisons et des villages entiers, de détruire et piller les édifices publics et privés. C’est pour autant dire qu’« il y a un temps pour faire la guerre et un autre pour faire la paix ». Et l’« on ne construit ni ne développe un pays par les armes ». Donc, la paix vaut plus que toutes autres choses sur cette planète terre où nous vivons.

A l’instar des groupes armés de Bria qui se sont engagés d’eux-mêmes de faire la paix et de déposer les armes, nous exhortons les autres groupes armés qui écument les préfectures de la Basse-Kotto, du Mbomou, du Haut-Mbomou, de la Nana-Gribizi, de l’Ouham et de l’Ouham-Péndé, à leur emboîter les pas. Car, « la paix n’a pas de prix ». Et à quoi sert à un homme de conquérir le monde entier s’il perd sa vie ? Réfléchissez-y dès maintenant, car, « dès demain, ça sera déjà tard », dit-on. Suivez l’attitude pacifique affichée par les différents groupes armés de la préfecture de la Vakaga. Et ce, pour faire développer leur préfecture par divers projets et activités génératrices de revenus. Ne dit-on pas que « l’argent n’aime pas la guerre et les bruits de bottes » ?

 

Le Petit YEKOA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire