12.800 DOSSIERS ENREGISTRES POUR LE RECRUTEMENT...

Mardi 14.03.2017 : 10H21

12.800 DOSSIERS ENREGISTRES POUR LE RECRUTEMENT DE 500 POLICIERS ET GENDARMES : COMPETENCE ET INTEGRITE, SEULS CRITERES DE SELECTION

Serge bokassa 2 2

Les autorités centrafricaines, avec le concours de la Minusca ont lancé durant tout le mois de février le recrutement de cinq cents (500) policiers et gendarmes sur l’ensemble du territoire. La jeunesse centrafricaine s’est  fortement mobilisée suite au lancement de cet enrôlement. Ce chiffre donné par la Minusca, démontre que le chômage bat son plein en République Centrafricaine. Selon le porte-parole de la mission onusienne, Vladimir Monteiro, douze mille huit cents (12.800) dossiers ont été enregistrés. Le président de la république, professeur Faustin Archange Touadéra a indiqué l’autre jour, « j’y  veillerais moi-même pour que ce recrutement se fasse dans la transparence et l’intégrité… ». Autant dire que la compétence et l’intégrité sont les seuls critères de sélection.

COMPETENCE

La compétence se définie comme la capacité à remplir une fonction ou à effectuer certaines tâches. Malheureusement en RCA, la compétence est reléguée au second rang. C’est sur fond d’affinités  ethniques, régionalistes, politiques, voire religieuses que certaines personnes ont été parachutées à des postes de responsabilité. C’est la succession d’un clan (père, mère, fils, oncle, cousin, tante, petit fils…) qu’on voit dans les administrations publiques et privées ainsi que les sociétés d’Etat. Ce sont des paresseux, des fainéants, des bras cassés qu’on recrute souvent lors d’un test. Conséquence, l’administration centrafricaine est remplie de fourbes, d’hypocrites, de profito-situationnistes plongés dans la corruption avec des calculs machiavéliques. Les gendarmes et les policiers ont un rôle éducateur. Ce sont eux qui doivent sensibiliser la population sur les règles de bonne conduite dans la société. Hélas, c’est le contraire de la situation que nous vivons au quotidien. Certains  policiers et gendarmes, sans compétences et coptés par leurs parents, voguent au gré du vent. Il suffit de voir leurs agissements pendant les contrôles de routine et vous vous rendez immédiatement compte que ce sont des gens qui n’ont aucune notion dans la tête. D’ailleurs, certains ne savent ni lire, ni écrire, ni parler correctement le français. Ils font souvent semblant de vérifier les papiers des passagers, mais en réalité, il n’en est rien. Le fait de remplir correctement un procès verbal devient de la mer à boire pour certains éléments de la police et de la gendarmerie. Vous ne comprenez pas dans quelle langue certains écrivent. Est-ce en anglais, arabe ou espagnole ? Difficile de le dire. Les auteurs des braquages et autres actes inciviques dans les quartiers demeurent certains éléments de la police, de la gendarmerie ainsi que ceux des Forces Armées Centrafricaines (FACA).

Tout ce qu’ils savent faire, c’est de racketter et rançonner les populations civiles. Certains vivent uniquement avec de l’argent sale. Un gendarme ou un policier qui gagne peu à la fin du mois, a une villa qui ne correspond pas à son salaire, comment peut-on expliquer cela ? Le métier des armes, c’est la vocation. Mais en RCA, c’est un autre son de cloche. On y entre par nécessité pour faire quelque chose et gagner de l’argent. Beaucoup d’individus qui sont entrés dans le corps de la gendarmerie et de la police sont des assoiffés parce qu’ils  ont perdu l’éducation dès le bas âge. D’où l’obligation pour leurs parents de les copter sans aucune compétence pour leur trouver quelque chose à faire dans la vie. Ceux qui méritent, sont souvent disqualifiés purement et simplement, parce qu’ils n’ont pas de soutien. C’est à cause de ce genre de comportement qu’on appelle certains éléments des FACA « promotion 5000 » jusqu’à la date d’aujourd’hui. Francis Bozizé, ancien ministre de la Défense Nationale en sait quelque chose. Et l’adage qui dit, « on ne peut manger du poulet crevé quand on a un parent là-haut » demeure toujours une réalité en RCA.

L’INTEGRITE

Cette qualité consistant à se conformer ou à être conforme à ce que commandent le devoir et la conscience morale, est foulée aux pieds par les Centrafricains. Les règles qui régissent la vie en société sont bafouées. Chacun en fait à sa tête. Les Centrafricains sont experts en faux et usage de faux. La loi ne semble concerner personne en RCA. Nous avions appris que de faux papiers ont été découverts dans les dossiers enregistrés. C’est la preuve que le peuple centrafricain ne respecte ni la loi, ni les autorités de son pays. Celui qui a une conscience morale, sachant que la falsification d’un document est punie par la loi de son pays, ne peut se livrer à une telle pratique. En RCA, ce sont les malfaiteurs qui vivent mieux que les dignes fils du pays. Il suffit de faire un tour dans les administrations publiques, privées et les ONGS internationales et nationales, et vous constateriez que ce sont des escrocs qui polluent l’espace centrafricain avec des faux diplômes. Aux quartiers Miskine, Combattant, Foûh, voire au Centre-ville de Bangui, les falsificateurs des documents sont là, sans être inquiétés par la justice. Est-ce avec la complicité des autorités judiciaires centrafricaines qu’ils délivrent ces faux documents aux particuliers ? Une interrogation qui dépasse l’entendement humain.

Touadéra  a prôné la rupture. Mais après plusieurs mois écoulés, cette rupture ne transparait nullement dans le vécu des centrafricains du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest. Nous espérons qu’avec le recrutement de ces 500 policiers et gendarmes, la jeunesse centrafricaine va respirer un nouvel air. Personne ne doit subir une injustice quelconque dans le traitement des dossiers et lors de test. Les affinités politiques, ethniques, religieuses…sont les maux qui ont miné et ruiné le pays depuis plusieurs décennies. En principe, « L’homme qu’il faut à la place qu’il faut » doit être de mise. Que les meilleurs réussissent !

« Un homme averti en vaut deux », dit un adage populaire.

Bénistant MBALLA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire