03 GRANDES LEçONS A TIRER DE LA VISITE DU SG DE L'ONU

Mardi 31.10.2017 : 10H33

03 GRANDES LEçONS A TIRER DE LA VISITE DU SG DE L’ONU ANTONIO GUTERRES EN RCA

Le Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), Antonio Guterres, avait séjourné du 24 au 27 octobre 2017 en RCA. Durant sa première visite de travail, en tant que SG des Nations Unies sur le sol centrafricain, il a eu à échanger avec l’Exécutif, l’Assemblée Nationale et toutes les Forces Vives de la Nation (classe politique, société civile et plateforme religieuse). Il s’était aussi rendu à Bangassou dans le Mbomou, foyer de violences intercommunautaires sans précédent, au monument des Martyrs à Bangui où il s’est incliné en mémoire des victimes de la crise et à la mosquée centrale du Km 5 dans le 3ème arrondissement de la ville de Bangui, à la rencontre de nos sœurs et frères de la communauté musulmane. Et tout ceci pour les écouter et échanger avec toutes les autorités du pays et les Forces Vives de la Nation sur cette crise militaro-politique centrafricaine qui a trop duré et a fait tant de victimes. Mais quelles sont les leçons que nous avons pu tirer de cette visite du SG de l’ONU, Antonio Guterres ?

Pour nous, le SG de l’ONU dans ses propos nous a fait tirer trois (03) grandes leçons suivantes.

Soutien aux Casques Bleus de la Minusca

Accusés à tort ou à raison de ne pas mettre en application leur mandat (protection des civils) par les Forces Vives de la Nation et bon nombre de populations, les soldats onusiens déployés en RCA, ont tout de même reçu le soutien inconditionnel du SG de l’ONU. Et ceci pour le travail remarquable qu’ils ont abattu sur le terrain, afin d’éviter que le pire n’arrive. Et pour permettre à ces Casques Bleus de la Minusca de protéger effectivement le peuple centrafricain, Antonio Guterres a promis le déploiement supplémentaire de 900 soldats dans les jours à venir en RCA.

Dénonciation de la manipulation politique des groupes armés

En dénonçant haut et fort la manipulation des groupes armés par certaines personnalités de la classe politique nationale, Antonio Guterres n’a fait que confirmer ce que dénoncent de tout temps les autorités du pays et certains leaders des partis politiques et de la société civile. De tels comportements ne font que renforcer davantage les positions des groupes armés sur le terrain. D’où les massacres des civils et les pillages des ressources du sous-sol de notre pays dans l’arrière-pays par ces criminels.

La solution à la crise en RCA ne peut venir d’ailleurs…

C’est le dernier mot adressé par le SG de l’ONU à toutes les autorités du pays et à tous les Centrafricains confondus, y compris tous les groupes armés. Et c’est claire comme l’eau de roche, donc, exempt de tous commentaires et autres interprétations erronées. « La solution à la crise en RCA ne peut venir d’ailleurs… ». Méditons-en ensemble, car c’est à nous qu’appartiennent  notre destin et l’avenir de notre pays.

 

Le Petit YEKOA

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire