02 CONTAINERS REMPLIS D’ARMES DE GUERRE, CARABINES ET ....

Mardi 07 .03.2017 : 10H05

02 CONTAINERS REMPLIS D’ARMES DE GUERRE, CARABINES ET PISTOLETS A RESSORT, AU NOM DE LA MINUSCA :

TRAFRIC FRAUDULEUX D’ARMES OU CARGAISON LEGALE ?

 

Le Port Amont de Bangui en ébullition dans la mi-journée du lundi 06 mars 2017. Et pour cause, la découverte et la saisie par la douane centrafricaine, de deux (02) containers remplis d’armes de guerre, carabines et pistolets à ressort et minutions, au nom de la Minusca.

Informé de cette situation, le Procureur de la République,  près le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Bangui, s’était rendu sur les lieux, a constaté de ses propres yeux la présence des deux (02) containers en question. seulement, certains journalistes présents sur les lieux pour faire le recoupement de ce fait insolite afin d’informer comme il se doit le peuple centrafricain, ont été formellement interdits d’avoir accès à la concession du Port Amont. Il en est de même de certaines personnes curieuses qui veulent vivre personnellement ce fait. Pour quel motif ? Il nous est difficilement de répondre à cette question.

Or, selon la feuille de route émanant du Contrôleur N°575 de la Douane à Béloko, le 18 février 2017, il n’est mentionné que le nom du transporteur Achiri, la marque du véhicule étant « Mercédès » avec charge utile de 10,590 tonnes. Le chauffeur s’appelle Abakar et le nom du destinataire est la Minusca à Bangui. D’où nous nous posons la question suivante : pourquoi la Minusca importe des armes, des minutions et autres effets militaires en RCA, malgré la prorogation de l’embargo sur l’importation des armes vers la RCA, pris par le Comité de Sanction du Conseil de Sécurité de l’ONU. Il y a certes, « anguille sous roche ». Toutefois, nos investigations se poursuivent encore, pour éclairer la lanterne de nos compatriotes sur les tenants et les aboutissants de cette affaire très sensible pour la sécurité du peuple centrafricain. Il est inadmissible que le peuple centrafricain qui aspire à la paix, soit l’otage de la Minusca. Les enquêtes doivent aller jusqu’au bout pour déterminer, la légalité ou non de cette feuille route bricolée pour les besoins de la cause. La RCA ne doit pas ressembler à la Syrie. Les Centrafricains en ont marre de cette politique de l’autruche.  

Le Petit YEKOA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×