02 COMPAGNIES DU B.I.T EN FORMATION D’ENTRAINEMENT OPERATION

Jeudi 05/01/2017 : 10H01

02 COMPAGNIES DU B.I.T EN FORMATION D’ENTRAINEMENT OPERATIONNEL PAR L’EUTM : L’ARMEE CENTRAFRICAINE SE NORMALISE PEU A PEU

 

 

La déclaration faite par le général Hautecloque, commandant de la Mission Européenne de Training (EUTM), le 23 décembre dernier, lors de la remise  de certificats de fin d’entrainement opérationnel de la 1ere compagnie du Bataillon d’Infanterie Territoriale des Forces Armées Centrafricaines (FACA), est devenue réalité. Deux (2) compagnies de ce même bataillon sont entrées en formation d’entrainement opérationnel pour une période de quatorze (14) semaines.

C’est autant dire que l’armée centrafricaine, mise à mal par le coup d’Etat de la nébuleuse coalition Séléka, le 24 mars 2013, renaît peu à peu  de ses cendres. Plus rien ne peut s’opposer à la réhabilitation des éléments des FACA. Ceux qui pensaient que les FACA étaient abandonnées à leur triste sort par les autorités centrafricaines ou que l’armée centrafricaine sera dissoute, n’ont que les yeux pour pleurer aujourd’hui. Nos FACA qui ont été formées et/ou l’Etat centrafricain a investi énormément pour elles,  ne pourront rester inlassablement sur le banc de touche. Et de surcroit, les militaires centrafricains faisaient partie de meilleurs soldats au monde à l’époque du feu empereur Bokassa 1er et du feu président David Dacko, paix à leurs âmes. Alors, peut-on abandonner une telle armée qui a brillé à un moment donné de l’histoire centrafricaine ? Il serait absurde. Et pour votre gouverne, beaucoup de soldats des pays africains ont subi leur formation en Centrafrique. Dès qu’ils sont revenus dans leur pays, ils sont nommés à de hautes fonctions dans la hiérarchie militaire. Certains présidents africains ont été eux aussi formés en RCA. Nous nous réservons le droit de les citer nommément.

Donc, qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il vente, l’armée centrafricaine retrouvera sa lettre de noblesse d’antan. Avec la formation opérationnelle de nos FACA diligentée par l’EUTM, nos soldats seront les meilleurs. Les pays où leurs hommes  de troupe ont subi des formations en RCA reviendront encore vers nous et ce sera une fierté nationale. Si aujourd’hui, l’armée est ce qu’elle est, c’est tout juste parce que les hommes politiques se sont ingérés dans les affaires militaires. L’armée est devenue une armée de clan, de tribu, de région, d’ethnie, et que savons-nous encore ? Chaque président qui arrive au pouvoir forme sa propre armée, composée des gens de sa famille, de ses proches, de son village, de son ethnie. L’armée nationale s’est métamorphosée en armée régionale. Ceux qui étaient coptés par-ci, par-là, par le président de la République, dictaient leur loi aux autres. Comment voulez-vous que dans une telle situation chaotique, indescriptible, les soldats peuvent être disciplinés ? Il serait vraiment très difficile. Ceux qui sont lésés, chercheront toujours des voies et moyens pour destituer le régime en place. Et si les coups d’Etat ont poussé en RCA comme des champignons dans la forêt de l’Amazonie, c’est pour ces cas.

Nous souhaitons que tous les soldats  qui seront formés par l’EUTM et dans d’autres pays, il faut qu’on leur apprenne la notion de discipline. Car, si nos mémoires sont bonnes, le chef d’Etat-major des armées, le général Ludovic Ngaïféï avait clairement fait savoir que c’est l’indiscipline au sein des FACA qui est à l’origine des crises militaro-politiques à répétition en RCA. Nous exhortons tous les éléments des FACA qui subissent des formations et ceux qui n’ont pas encore démarré les siennes, d’être disciplinés. Ils doivent prouver aux yeux du monde qu’ils sont dignes, honnêtes, prêts à servir leur pays et non un individu. Ils doivent savoir que les militaires ont un rôle bien déterminé, celui de défendre l’intégrité territoriale et les institutions de la République contre toutes attaques venues de l’intérieur et de l’extérieur du pays. Ils n’ont plus droit à l’erreur.

Le peuple centrafricain du Nord au Sud, d’Est en Ouest attend de voir ses FACA au pied du mur après cette crise. Leur attente est si pressante que les FACA doivent se comporter comme des dignes fils du pays, des loyalistes après leur formation qui est déjà en cours et que rien ne l’arrêtera. Les Centrafricains sont derrière eux, pour qu’un jour, ils les libéreront sous le joug des criminels, des malfrats qui les hantent à longueur de journée.

Bon vent à la formation d’entrainement opérationnel des FACA par l’EUTM !

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×