Toutes les infos du Mercredi 05 Décembre 2018

 

Cm n 2853 du mer 05 dec 2018

RUSSIE, SUPER PUISSANCE EN ARMES ET MINUTIONS, PENDANT QUE LA FRANCE EST LA RISEE DU PEUPLE CENTRAFRICAIN

La France a pris l’initiative du G-5 Sahel, qu’elle est incapable de financer, encore moins défendre. Le centre du Mali est un abattoir humain à ciel ouvert. Le Burkina Faso, le Niger et le Lac Tchad sont régulièrement en proie aux massacres des populations civiles, hommes, femmes et enfants.

La France demande à tous les pays de la planète de financer le G-5 Sahel, dans le pré-carré français. Et pourtant, elle joue à la mère-poule sur son pré-carré, mais n’a pas les moyens de sa politique esclavagiste, négrière et impérialiste. L’armée française est embourbée au Sahel et gesticule sans résultats probants. Cependant, les populations du Sahel meurent comme des mouches tous les jours.

La Russie vient d’obtenir une victoire éclatante en Syrie. Macron est le premier à sauter dans l’avion pour aller rencontrer Poutine afin d’avoir des parts de marché dans la reconstruction de la Syrie.

En RCA, la France rejette la présence russe, une puissance militaire, avec armes et minutions et qui forme l’armée centrafricaine, forte et dynamique. Que la France se débrouille avec des armes sans minutions, au comble du ridicule. Même si les Centrafricains sont des moins que rien, ils ne peuvent lâcher la Russie qui symbolise la vie, l’espoir et le développement. La Chine, encore une autre puissance militaire au monde, est au chevet de la RCA en armes et minutions. Pourquoi la France veut absolument jouer à la mère-poule sur son pré-carré, alors qu’elle n’en a pas les capacités financière et militaire ?

Des régions entières du Sahel sont à feu et à sang et sont sacrifiées aux terroristes. Le Tchad est obligé de tendre la main à l’Etat d’Israël, pourquoi ? Les pays, notamment arabes, qui financent le G-5 Sahel, est-ce pour les beaux yeux de la France ?

Pourquoi le forcing de la France pour donner des armes sans minutions ? C’est autant dire que la France n’a rien donné. Lorsque l’opération Barkhane arrive à tuer deux terroristes, c’est un tapage médiatique assourdissant. Cependant, les terroristes tuent combien de gens par jour dans toutes les régions du Sahel ? Les Etats-Unis ont catégoriquement refusé de s’engager pour le G-5 Sahel. La France, n’ayant les capacités requises, préfère utiliser les autres pays pour défendre son pré-carré. Donald Trump a compris, car les Etats-Unis font la guerre, pendant que la France et les autres pays sont aux aguets pour s’accaparer des marchés juteux. Les Etats-Unis font la guerre, mais le lait et le miel coulent en France.

«  Il y a de la place pour tout le monde », a déclaré le président Touadéra. La RCA est un petit pays si misérable, si pauvre qu’il a besoin de la contribution de tous les pays de la planète pour relever la tête. Il n’y a aucune comparaison entre la France et la Russie. La France vient de confirmer que le choix des Centrafricains pour la Russie est judicieux, raisonnable et vital.

La RCA coopère avec tous les pays du monde. Les Centrafricains ne demandent qu’à vivre en paix, à manger et à travailler dur pour le développement de leur pays très en retard. Le Centrafrique compte sur les Etats-Unis, la Russie, la Chine, l’Europe, le Canada, l’Afrique, l’Australie, le Madagascar, le Japon, bref toute la planète. Une fois la paix retrouvée, petit à petit, la RCA va construire son nid, avec la participation de tous les continents. La RCA n’a absolument rien à voir avec les considérations géostratégiques, géopolitiques, des concepts propres aux querelles des grandes puissances. C’est du brouillard dans la tête du Centrafricain lambda qui n’aspire qu’à la paix. Le peuple centrafricain ne peut être sacrifié sur l’autel des concepts artificiels et volatiles, qui n’ont pas les pieds sur terre. Les Centrafricains sont des êtres humains doués de raisons et de bon sens comme tous les autres. La Russie n’a pas transposé la RCA à Saint Petersburg. La RCA est restée la RCA où tout le monde peut venir, où tout le monde a une place. Les Centrafricains attendent à bras ouverts tous ceux qui peuvent les aider à sortir du bourbier, tous ceux qui peuvent investir, tous ceux qui peuvent créer des emplois, soutenir le Système éducatif en déconfiture, le système sanitaire détruit par les malfrats, le réseau énergétique vecteur du développement économique exponentiel, la construction des routes, des ouvrages d’art, les logements sociaux, à l’exemple du Royaume du Maroc qui vient d’inaugurer avec le gouvernement, les cents (100) logements sociaux, initiative personnelle de Sa Majesté Mohammel VI, Roi du Maroc, fidèle à son leaderships de la coopération Sud-sud et sa solidarité titanesque pour le continent africain. C’est un bel exemple de contribution des Etats africains à la reconstruction de la RCA. Où sont les réalisations de la France en RCA ? Néant. C’est le terrorisme d’Etat, les manigances, la déstabilisation, les pillages, l’exploitation de l’homme par l’homme : en RCA les intérêts de la France passent avant celui du peuple centrafricain, selon Le Drian et Laurent Fabius.

La France s’accroche désespérément à son pré-carré, alors qu’aussi paradoxalement que cela puisse paraître, l’Afrique se mondialise. Il y a là une logique absurde côté français, pays de soi-disant Liberté Egalité et Fraternité. Le poids de la France asphyxie les Etats francophones parmi les plus pauvres de la planète. La France veut tout à elle seule, mais sans contre partie conséquente pour soulager la misère et la pauvreté, le dénuement total des populations. Les Centrafricains ne réclament que la liberté, l’indépendance et la souveraineté absolues.

Les « Gilets jaunes » plongent la France dans le chaos. Qu’à cela ne tienne, ils demandent la démission du président français Emmanuel Macron. Il y a des casses, des morts, des blessés et les forces de l’ordre ne sont pas épargnées. La politique macronienne vogue au gré du vent, tant en France, en Afrique que dans le monde. Les discours de Macron ne sont pas en adéquation avec les agissements négriers et esclavagistes de Le Drian et Laurent Fabius en Centrafrique. En RCA, les « Gilets noirs » centrafricains ne demandent que la paix, la liberté, l’indépendance et la souveraineté totales de sa coopération. La France s’agite pour rien, elle n’a pas les capacités requises. Les Africains francophones ont droit à la dignité humaine et à une vie décente. Le principe universel aujourd’hui est celui de la coopération GAGNANT-GAGNANT.

 

Julien BELA

 

 

BANGUI : UN DRONE QUI SURVOLAIT LE QUARTIER GALABADJIA 2 S’EST ECRASE

Les Centrafricains n’ont jamais assisté à un crash de drone. Mais en cette fin d’année, ils ont néanmoins vécu ce qui se passe à Hollywood. Il ne s’agit pas d’un conte de fée, encore moins d’un poisson d’avril. Pendant que le quartier Galabadjia 2 était calme, chacun vaquait à ces différentes activités, un « drone » qui survolait les environs a craché dans l’après-midi du 3 décembre 2018 à 16 heures 10 minutes.

Le drone en question était téléguidé depuis le camp de l’EUTM-RCA dans l’enceinte de l’ex-UCATEX. Quelques minutes après son décollage, l’appareil commençait à voler à basse altitude, allant çà et là. Les habitants des parages étaient ébahis face à une pareille scène. Tous se croyaient dans un rêve : l’apocalypse serait sur le point de s’accomplir. Certaines personnes apeurées couraient dans tous les sens pour chercher refuge. Cependant, l’engin continuait à faire son spectacle à basse-altitude. D’autres, par contre, ont compris que le drone allait se perdre. Puis, quelque minutes plus tard, l’engin s’écrase à quelques 200 mètres de la base de l’EUTM-RCA sur une ruelle, sans faire de dégât matériel, ni humain. Les pièces de l’engin sont éparpillées çà et là sur la chaussée. Les gens couraient dans tous les sens, histoire de s’éloigner de l’engin au risque d’une explosion.  Quelques instants après, deux vaillants garçons se sont approchés de l’épave et l’ont déguerpie de la chaussée.  Le courage renaît alors dans les cœurs des habitants qui se sont massés pour se rendre sur les lieux afin de constater de visu le crash. Au même moment, un homme est apparu : il s’agit d’un soldat de la Minusca. Ce dernier a été envoyé pour constater les dégâts et s’enquérir de la situation. Incroyable mais pourtant bien vrai !

Depuis le début de la crise en RCA, le territoire centrafricain est devenu un champ d’entraînement. En 2013, il s’agissait d’un Jaguar français qui survolait le pays. Depuis lors, des avions de guerre n’ont cessé de survoler le territoire centrafricain. Entre temps, en fin novembre dernier, un drone a mis à feu la demeure de Niméry Matar alias Force au Km 5. Ne s’agit-il pas de violations répétées de l’espace aérien centrafricain ?

 

Elkas PATCHANGA

 

 

LA BANQUE CENTRALE SE FELICITE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DU PAYS QUI EST AU DELA DE 4%

 

La croissance économique de la République Centrafricaine est de 4,3% en 2018 contre 4,2% en 2017. La Banque centrale s’est félicitée de la stabilité de la croissance qui résulte de la reprise des activités du secteur agricole, des BTP et de la consolidation des finances publiques. C’est lors de la session ordinaire du comité monétaire et financier national tenue le 30 novembre à Bangui que cette présentation a été faite.

Les perspectives en RCA sont bonnes, selon le gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) Abbas Mahamat Tolli, qui s’est félicité de la croissance qui se stabilise à travers la reprise des activités des secteurs agricole, les bâtiments et de la consolidation des finances publiques du pays.  « La RCA a une croissance économique à peu près de 4%, ce qui double la croissance de la sous région. Nous avons remarqué aussi une reprise au niveau de l’agriculture notamment le café, le coton. Nous voyons que dans le secteur des BTP il y a un affermissement. De l’autre coté nous avons aussi observé les finances publiques qui se consolident et donc le pays sort tranquillement un peu de ces crises économiques à un rythme beaucoup plus accéléré que celui des autres de la sous région», a apprécié le Gouverneur de la BEAC.

Au cours de cette séance, les membres du Comité ont passé en revue l’évolution de l’environnement économique national. La Banque centrale table sur un taux de croissance au-delà de 4%, pour l’année prochaine. « Les dernières projections établies par les services de la Banque Centrale pour l’année 2018, tablent sur une légère hausse de l’activité économique avec un taux de croissance du PIB réel de 4,3% contre 4,2% en 2017 », peut-on lire à la conclusion du communiqué final de la réunion.

Malgré la stabilité de la croissance économique, le pays connait encore une situation de crise sécuritaire dans certaines parties du territoire national. Situation qui freine le développement économique du pays. Le Plan National de Relèvement et de la Consolidation de la Paix (RCPCA) permettra la reprise progressive des activités économiques de la République Centrafricaine. En fin septembre 2018, les membres du comité monétaire et financier national de la République Centrafricaine ont relevé dans la conclusion de leur réunion, la poursuite de baisse des activités dans le secteur secondaire jusqu’au début de l’année 2019.

 

RJDH

 

 

LES OFFICIERS ET SOUS-OFFICIERS NE METTRONT-ILS PAS EN PERIL LES EFFORTS DU GOUVERNEMENT POUR REHABILITER L’ARMEE CENTRAFRICAINE ?

En 2013, précisément le 24 mars, l’armée nationale n’existait que de nom. La prise de pouvoir de Michel Djotodia Am Non Droko avec sa nébuleuse ex-coalition Séléka par les armes a plongé les Forces Armées Centrafricaines (FACA) dans l’abîme, au fond du gouffre. Djotodia avait même envisagé de dissoudre l’armée nationale. N’eut été la vigilance des uns et des autres, on aurait dû assister aux ruines des FACA.

Après l’investiture du président de la République, chef de l’Etat, Professeur Faustin Archange Touadéra, des efforts sont entrepris par le gouvernement pour réhabiliter les FACA, restaurer les infrastructures militaires et redéployer nos soldats sur le terrain. Aujourd’hui, l’EUTM a déjà formé plus de 1.600 éléments des FACA qui ont été entraînés par les instructeurs militaires russes au maniement des armes octroyées par la Russie. Grâce aux efforts du gouvernement dans le but de pacifier le pays, quelques militaires centrafricains sont déployés à Paoua, Sibut, Dékoa, Bouar, Bangassou et récemment Bambari. Dans les jours à venir, d’autres seront à Alindao qui a été la cible des combattants Séléka de l’UPC, le 15 novembre dernier. Dans les villes citées ci-dessus, à l’exception d’Alindao, la sécurité y règne avec la présence des FACA. Nos compatriotes dans ces localités vaquent normalement à leurs occupations habituelles. On y trouve le vivre ensemble entre musulmans et non musulmans, la cohésion sociale, la paix. Les groupes armés se sont éloignés peu à peu de ces villes. D’autres militaires sont encore en formation à l’EUTM et à Béréngo. C’est autant dire que petit à petit l’oiseau fait son nid. Mais ce que nous déplorons aujourd’hui, c’est le blocus imposé par la France sur la 2ème et la 3ème vagues de livraison d’armes russes à la RCA. Nous osons espérer que le gouvernement se bat à l’heure actuelle pour obtenir ces armes, ainsi que celles de la Chine et d’autres pays qui veulent nous aider.

Malheureusement, dans les villes où sont déployées quelques sections des FACA, la cohabitation n’est pas bonne entre les hommes de rang et leurs supérieurs hiérarchiques. A Obo, chef-lieu de la préfecture du Haut-Mbomou, un drame s’était produit. Le chef de section avait enfermé un de ses hommes dans un container. Il avait rendu l’âme. Mécontents, ses compagnons d’armes s’étaient soulevés et avaient voulu mettre fin à la vie de cet officier qui avait pris ses jambes au cou.

Dans la ville de Bambari, quelques militaires du génie sont déployés pour réfectionner les bâtiments administratifs, les logements et les stands devant abriter la Journée Mondiale de l’Alimentation (JMA) et la Journée Internationale des Femmes Rurales (JIFR) qui seront célébrées en différé. Au mois de novembre dernier, un échange de tirs a eu lieu entre ces militaires à cause de partage d’argent découlant de la vente de pots de peinture et autres. Au moins trois soldats avaient perdu la vie. A Paoua, même son de cloche. Un incident s’est produit aussi et un soldat a trouvé la mort. Probablement, dans certaines villes où sont basées les FACA, il y aurait des cas d’incident majeur.

Tous les chefs de section dans les villes où se sont déroulés ces événements douloureux seraient déjà arrêtés et détenus au camp de Roux. A en croire un soldat de rang, ces drames sont survenus à cause de l’argent. Le plus souvent, les officiers et sous-officiers qui sont en charge de ces soldats détournent leur PGA (Prime Globale d’Alimentation) à leur profit. Dans la plupart des cas, ces soldats ne sont pas informés du montant de leur PGA. Se sentant lésés, les soldats sont obligés de recourir aux armes pour revendiquer leurs droits. Parfois, le partage de l’argent qu’ils recouvrent sur les barrières tourne aussi au drame. Les officiers et sous-officiers taillent toujours la part du lion, ce qui n’est pas du goût des hommes de rang qui font le plus souvent recours à leurs armes pour régler le différend.

Ce sont tous ces cas énumérés qui engendrent des échanges de tirs et qui découlent sur des pertes en vies humaines. Et ce sont les officiers et sous-officiers qui sont à l’origine de ces drames. Les autorités en charge de la Défense Nationale ont du pain sur la planche. Elles doivent mettre de l’ordre dans l’armée nationale pour que ces incidents mortels ne se produisent plus. Les PGA des hommes de rang ne doivent pas être détournés par leurs supérieurs (chefs de section). Quand les militaires sont déployés dans les villes de nos provinces, chacun, en commençant par les officiers, sous-officiers et hommes de rang, a sa part. La popote (cotisation alimentaire de chaque militaire) exigée par leurs chefs hiérarchiques n’est pas obligatoire. C’est ça qui occasionne aussi des désagréments au sein des militaires. D’ailleurs, des hommes de rang disent que les repas qui leur sont servis ne correspondent pas à la valeur de leur argent. Donc, il s’avère indispensable que chaque militaire déployé sur le terrain gère sa PGA pour éviter des événements tragiques.

Pour tout dire, la mentalité des officiers et sous-officiers n’a pas totalement changé. Même durant le recrutement en cours dans les FACA, beaucoup ont été à l’origine des mécontentements des jeunes, candidats à cet enrôlement. A Béréngo, certains militaires se plaignent de la nourriture qui leur est servie par leurs chefs. Bon nombre de morceaux de viande destinés à leur repas quotidien se retrouvent dans les marmites des habitantes des villages Bongombé, Boyama, Dirgba, Botoko, Bobanzéngué, pour ne citer que ceux-là. Quel paradoxe ! Si le gouvernement n’ouvre pas les yeux sur ces dérapages grossiers, alors, les officiers et sous-officiers mettront en péril l’armée nationale qui renaît peu à peu de ses cendres.

Un gouvernement averti en vaut mille.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

 

 

 

LE GOUVERNEMENT CONFIE LE RECRUTEMENT DES 1.023 JEUNES DANS LES FACA A LA MINUSCA

Désormais, c’est la mission onusienne qui prendra le leadership du processus de recrutement des 1023 jeunes dans les Forces Armées Centrafricaines, ceci dans le souci d’éviter tout débordement similaire à celui de 2012.  L’annonce en a été faite le vendredi 30 novembre à Bangui après une réunion de haut niveau entre la Ministre de la défense, la Minusca et l’EUTM-RCA.

Le recrutement des 1023 jeunes dans les FACA enclenché au mois d’octobre a été suspendu suite à la situation chaotique lors des épreuves écrites du 18 novembre dernier où certains candidats recalés aux épreuves sportives se sont vu empêchés de composer. Il y avait eu un mouvement d’humeur  au Lycée Marie-Jeanne Caron au moment où le test de recrutement devrait être organisé. Jusqu’alors aucune activité n’a donc été menée. C’est dans ce contexte que le gouvernement a voulu confier le leadership à la Minusca d’être au premier rang dans les opérations de recrutement.

Alain Georges Ngatoua, Chargé de mission en communication au département de la défense, précise qu’il faut donner l’opportunité aux jeunes Centrafricains de servir leur pays dans les forces armées. « Il s’agit donc d’un recrutement citoyen où les jeunes Centrafricains doivent avoir la chance d’être enrôlés dans l’armée parce que nous sommes en pleine phase de reconstruction de l’armée nationale », relève-t-il avant d’indiquer que le choix de confier la paternité des opérations à la Minusca réside dans le fait que cette dernière avait réussi le recrutement des policiers et gendarmes.

« C’est fort de l’expérience dont elle a fait montre lors du recrutement des forces de sécurité intérieure et qui n’a souffert d’aucune contestation jusqu’aujourd’hui. Ce fut une expérience totalement réussie. Ce réalisme nous montre que si on confie le recrutement des FACA à la Minusca, elle va faire sans accroc le recrutement de nos futurs soldats et une autre raison qui a justifié ce choix, c’est que la Minusca a des moyens logistiques pour réussir cette opération dans nos provinces», a précisé Alain Georges Ngatoua.

Quant au Colonel Léa Yangongo, vice-présidente du comité mixte de recrutement, tout se fera dans la transparence. «Le recrutement de cette année n’est pas le recrutement de 2012 où on prenait n’importe qui. Il est maintenant question que nous changions cette armée pour qu’elle devienne républicaine, représentative », a-t-elle précisé. Colonel Léa Yangongo  annonce par la même occasion la date limite au 15 janvier alors que le mois de février sera consacré déjà à la formation.  « Par rapport au chronogramme établi précédemment, nous sommes légèrement en retard. Donc il était question que les autorités puissent nous orienter sur les prochaines dates retenues pour les épreuves écrites dans les 8 arrondissements de Bangui, Bimbo et Begoua. Dès que ce recrutement sera terminé, les jeunes doivent aller en formation immédiatement. Et cette formation d’après le planning  qui a été établi est prévue pour le début du mois de février. D’après la Ministre de la défense, nous avons jusqu’à 15 janvier, c’est le délai qu’elle nous a accordé pour terminer le recrutement à Bangui, Bimbo et Begoua et enfin regrouper toutes les données pour envoyer ces jeunes à la formation » a-t-elle expliqué.

Le choix de la Minusca pour prendre le leadership de ce processus de recrutement est d’éviter tout mouvement de mécontentement comme ce fut le cas en 2012 sous le régime de Bozize.   

                                       

RJDH

 

 

RCA : DECLARATION DU PRESIDENT NATIONAL DE L’ONG ANA-CENTRAFRIQUE RELATIVE AU RETRAIT DU CONTINGENT MAURITANIEN DE LA MINUSCA

La Bible est claire : on reconnait un arbre par ses fruits. L’arbre qui ne produit pas de fruits doit être coupé et jeté au feu.

Le Peuple centrafricain et ses Autorités sont appelés à conjuguer avec la Communauté internationale, l’église, la mosquée et autres pour remettre le pays sur les rails et préserver l’essentiel à savoir : l’unité nationale et la paix. Seulement, « si les batteurs de mil se cachent mutuellement les poils de leurs aisselles, le mil ne sera jamais propre », dit un proverbe africain.

ANA-Centrafrique fait sienne la réflexion d’Amadou Kourouma relative à la prévention de la trahison en ces termes : « il faut débusquer le faux ami, le jaloux parent, le traitre avant qu’il inocule son venin ».

Pour sa malléabilité hautement criminelle, le Contingent Mauritanien devient la coqueluche du Chef des Opérations Militaires de la MINUSCA.

Les Autorités militaires de la MINUSCA prévoient de remplacer les Contingents Rwandais et Burundais à Ndomété et Kaga-Bandoro par les casques bleus de la Mauritanie.

ANA-Centrafrique sonne le cor pour dénoncer les stratagèmes du Chef des Opérations Militaire de la MINUSCA afin de mettre un terme au tourisme du contingent Mauritanien en République Centrafricaine pour les raisons ci-dessous:

Le Contingent Mauritanien de la MINUSCA est inexpérimenté dans les opérations de maintien de la paix. Les casques bleus Mauritanien ne sont qu’à leur première mission à l’étranger. Outre les complots, cet inopérant contingent ne peut protéger les civils dans la Préfecture de la Ouaka ;

Les casques bleus mauritaniens dans la Ouaka ne peuvent dissuader le ganache groupe terroriste de l’UPC qui répand la terreur dans la localité. La MINUSCA couvre cette révulsant faiblesse sous le prétexte que le Contingent Mauritanien n’a pas autorisation de son pays de combattre ;

L’Eglise Catholique de Centrafrique a retenu l’inaction du Contingent Mauritanien qui a facilité le massacre des populations civiles par les terroristes de l’UPC. Une des conséquences de la passivité des casques bleus dans la Ouaka est la réaction de l’Eglise Catholique invitant ses fidèles à célébrer la journée du 1er Décembre, fête nationale ;

Pire, le Commandant des casques bleus Mauritaniens dans la Préfecture de la Ouaka couche maritalement avec une des nièces du chef terroriste nigérien Ali Ndarassa. Cette conduite est intolérable et criminelle ;

A l’entrée de Bambari en juin dernier, les casques bleus de la Mauritanie avaient failli offrir en holocauste un bataillon des Forces armées centrafricaines (FACA) accompagné d’une poignée d’instructeur russe ;

Le choix de la Mauritanie, inexpérimentée, en lieu et place de l’Angola, habitué à des combats, était fait à dessein par le Commandement des Opérations Militaires de la MINUSCA. Ce choix ne conforte que la position de la MINUSCA et non celle du peuple centrafricain ;

Le Commandement des Opérations de la MINUSCA a malicieusement confié aux casques bleus Mauritaniens la zone à forte activité terroriste comme la Préfecture de la Ouaka pour les résultats que nous déplorons tous aujourd’hui ;

Vu la gravité des faits ci-dessus, l'ONG ANA-Centrafrique déduit que le Contingent Mauritanien de la MINUSCA fait honte à l’Afrique et à la mission de l’ONU en République Centrafricaine.

ANA-Centrafrique exige avec la dernière énergie le retrait du Contingent Mauritanien du pays. La Mauritanie peut être remplacée soit par le Burundi, le Rwanda ou le Portugal qui sont prêts à agir pour le maintien de la paix dans la Ouaka et autres.

Par cette déclaration l'ONG ANA-Centrafrique prend à témoin l’opinion nationale et internationale du grand complot ourdi par le Commandement des opérations de la MINUSCA et le Contingent Mauritanien dont les conséquences devraient nous interpeller tous.

Considérant les principes universellement établis, l'ONG ANA-Centrafrique de synergie avec quelques organisations de la Société Civile centrafricaine porterons plainte auprès de la justice internationale contre les complices de l’UPC et autres groupes terroristes.

ANA-Centrafrique s’oppose au remplacement des casques bleus Burundais, Rwandais et Portugais dans les zones des activités terroristes entre autres à Mbrès, Séko, Kaga-Bandoro et Ndomété.

L'ONG ANA-Centrafrique partage la conviction africaine suivante : « Celui qui doit vivre survit même si tu l’écrases dans un mortier ».

La République Centrafricaine n’est pas sortie de terre sous un baobab, elle ne mourra pas arbrisseau.

 

Fait à Bangui, le 30 novembre 2018

 

Le Président National

Johnny Yannick NALIMO

 

 

LETTRE OUVERTE DU PRESIDENT DE L’ONG INTERNATIONALE ANA,

AU SECRETAIRE GENERAL DE L’ONU , ANTONIO GUTERRES

Monsieur le secrétaire général, si vous aviez l'intention de mettre la France a la tête de la Minusca, renoncez à cela sinon nous allons vous prendre pour responsable de ce qui va suivre. Le peuple centrafricain connaît les mauvaises manœuvres et les mauvaises ambitions de la France.

Monsieur le secrétaire général, saviez vous que le continent Africain est déçu de vos services ? Le peuple Africain sait que vous contribuez aux pillages dans les pays là où vos forces sont représentées. Le cas de la République Centrafricaine est très flagrant et honteux. Comment la MUNISCA qui est sensée défendre les populations est aussi à la base de plusieurs exactions et pillages ? Monsieur le secrétaire général, le peuple centrafricain en particulier et le peuple africain en général, savent que la France à la mainmise sur la MUNISCA. Cela a été dénoncé plusieurs fois avec des preuves de pillages et de tortures. Le peuple Centrafricain est en sécurité depuis la présence Russe en RCA. La France dans sa politique de diviser pour mieux régner, se voit aujourd'hui en difficulté car la présence Russe à permis au peuple Centrafricain de sentir l'air d'une certaine liberté. D ailleurs, c'est ce qui les amène à ne plus avoir peur et à même dire non à la présence des militaires français sur leur sol. Monsieur le secrétaire général, la France vous a contacté pour prendre la tête de la MUNISCA et je vous informe qu'elle veut aussi prendre la tête de l'EUTM et même empêcher les russes de fournir les armes et la formation aux FACA. Monsieur le secrétaire général, vous ne trouvez pas que c'est une honte que la France utilise cette institution qui est sensée faire

 

le maintien de la paix dans le monde, pour protéger ses intérêts en Afrique ? Le peuple Africain attend de voir votre réaction si jamais la France occupe la tête de la MUNISCA, alors vous serez poursuivi pour complicité de crimes et pillages en RCA. Je profite pour lancer un appel fort à tous les panafricanistes, de dénoncer avec vigueur les complots de la France en RCA et dans toute l'Afrique.

Nous attendons de voir la suite de cette affaire qui j'en suis sûr, sonnera le glas de la françafrique.

 

Doumes Biya, ONG ANA

 

 

RCA : LE PRESIDENT DE L’ONG INTERNATIONALE ANA, MONSIEUR HAROUNA DOUAMBA, AU PRESIDENT TOUADERA

L’Union Africaine n'a jamais résolu de crise en faveur du peuple. Cette institution est bloquée car nous avons dénoncé tous les plans diaboliques de la France. Le seul dialogue honnête qui est pour une paix définitive est celui de Khartoum. Pour le bien du peuple et pour éviter le piège de la France qui est de maintenir cette crise jusqu'à la fin de votre mandat pour doter le pays d'un gouvernement de transition, je vous invite sans délai à considérer la proposition de Khartoum soutenue par la Russie. Tous les frais sont pris en charge par le président Béchir.

Excellence monsieur le Président Faustin-Archange Touadéra, cela est ma énième lettre ouverte que je vous adresse. Sachez toutefois que cette lettre-ci, marquera l'histoire. Excellence monsieur le Président, de quoi avez vous peur? N'êtes vous pas déjà considéré mort par la France ? Pensez vous que la France a l'intention d'instaurer une paix dans votre pays? Ne trouvez vous pas très dangereux de vous prêter au jeu de la France, votre bourreau, qui essaie de vous caresser dans le sens du poils juste pour vous trahir par la suite?

Excellence monsieur le Président Touadéra, vous êtes l'espoir du peuple Centrafricain, je vous prie de laisser votre nom dans l'histoire Africaine. Excellence, permettez que je vous rafraichisse juste la mémoire. Vous avez été démocratiquement élu par le peuple centrafricain, et la RCA est un pays souverain et libre de faire ses propres choix. Excellence, qu'est qui vous fait peur avec la France ? La mort? Le retrait des soutiens financiers hypocrites de l'Union européenne ?

Le retrait de la Minusca qui contribue aux massacres et aux pillages ? L'EUTM qui donne des formations bidons et au rabais à vos soldats qui ne font que quatre exercices de tir durant leurs formations ? Non monsieur le Président, n'ayez pas peur car que vous le voulez ou pas, vous allez mourir un jour ou l'autre. Dieu vous a choisi pour changer le destin de votre peuple, car dans son plan, votre peuple n'a pas droit à la misère. Sachez que le destin actuel ne vient pas de Dieu mais plutôt des collaborateurs et disciples de Satan que représente cette France.

Excellence, concernant les finances, laissez moi vous rappeler que vous êtes l'un des pays les plus riches au monde en termes de ressources. N'ayez pas peur car vous êtes plus riche que la France, vous pouvez faire le bonheur de votre peuple avec vos propres ressources. Regardez la Guinée Équatoriale, avec seulement le pétrole, le Président Obiang Nguema Mbasogo, a changé le destin de son peuple qui était maintenu dans la misère. Il a osé dire non à l'Espagne et la France. Aujourd'hui, son pays fait partie des plus développés du continent africain. Excellence monsieur le Président, votre pays n'est pas en guerre, faites moi confiance.

Le retrait de la Minusca n'est pas une perte pour le peuple Centrafricain mais plutôt un soulagement car cette force est bien gérée par la France, donc elle fonctionne pour les intérêts français, voilà pourquoi elle a assisté impuissante au massacre du peuple. Excellence, vos ressources naturelles exploitées feront de votre pays, l'un des pays les plus fréquentables du monde, n'ayez pas peur car un cabri mort n'a plus peur du couteau et le cadavre qui est déjà mort doit être enterré pour une bonne cause et donc laisser son nom dans l'histoire comme Thomas Sankara et autres. Excellence monsieur le Président, L'EUTM, ne donne pas de bonnes formations à vos soldats, comment l'Occident qui est contre la mise en place des FACA, peut donner une bonne formation à vos soldats pour défendre votre peuple. Durant la formation d'un soldat par L'EUTM, celui ci ne passe que quatre fois au champ de tir, alors que les instructeurs Russes, remettent des armes aux soldats dès l'entame de la formation et donc le soldat apprend à tirer du début jusqu'à à la fin de sa formation, il dort et se réveille avec son arme tout le long de sa formation.

Excellence monsieur le Président, l'Union Africaine, ne pourra rien faire de bon concernant la paix en RCA. Cette institution n'a jamais réglé une crise sur notre continent. Excellence, vous avez la confiance du peuple et vous êtes non seulement intellectuel mais très intelligent, ne vous laissez pas entraîner par des individus qui ne pensent qu'à leurs intérêts égoïstes. Fermez votre porte à toutes ces marionnettes qui à longueur de journée viennent s'inquiéter de ce que le Drian est fâché, de ce que Macron n'est pas content et en vous chantant à longueur de journée que la France va vous aider.

Excellence croyez à mes propos et mon expérience en tant que panafricaniste , ce sont des traîtres et des envoyés qui ont déjà bouclé leur deal avec la France. Croyez moi toutes ces personnes sans exception vont se retrouver dans le prochain gouvernement quand vous serai mis au placard par les coups tordus de la France.

Monsieur le Président, votre peuple vous fait confiance, la jeunesse Centrafricaine vous regarde pour espérer avoir un avenir . Excellence, combien d'étudiants avez vous enseignés et qui aujourd'hui sont devenus des vendeurs de cartes de recharge, remarquez que la plupart des personnes nommées viennent de France excellence. Cela veut dire que les pauvres qui n'ont pas eu la chance de faire partir leurs enfants pour continuer leurs études en France, ne sortirons jamais de la pauvreté ?

Excellence, vous avez la solution en main. Demandez à la Russie de mettre en application immédiate l'accord de défense signé entre les deux pays.

Envoyez les membres du gouvernement a Khartoum pour commencer le dialogue avec les groupes armés, car en vérité, vous ne devez pas refuser toutes les contributions à la recherche de la paix.

L'Éthiopie à fait la paix avec son voisin sans l'UA, le Soudan est aujourd'hui en paix sans l'UA, la Libye recherche la paix elle est obligée de se rendre en Italie et autre. Que fait l'UA ? La Côte d'Ivoire à signé ses accords dans les pays voisins Burkina Faso et le Ghana sans aller à l'UA. Mais pourquoi cette exigence ? Pourquoi cet acharnement ? Pourquoi aucun accord ne peut être reconnu si ce n'est que par l’UA ? L'UE? Ou l'ONU?

Excellence, la seule décision est entre vos mains. Lors du vote sur le bulletin était marqué Faustin-Archange Touadéra. Et aujourd'hui, Dieu a accepté de vous choisir pour mettre fin à la souffrance de votre peuple. Dieu m'a aussi choisi pour vous aider et vous encourager et je tiens à vous dire et vous rassurer que je suis un CABRI MORT. A cœur vaillant, il n'y a rien d'impossible.

Je vous remercie.

 

ONG Aimons Notre Afrique

 

 

« SI L’ONU CEDE A LA MANIPULATION FRANÇAISE, SI LA FRANCE PREND LA TETE DE LA MINUSCA ET L’EUTM, NOUS DEVONS CHASSER TOUTES LES INSTALLATIONS ONUSIENNES EN AFRIQUE » LE DIRIGEANT QUI S'Y OPPOSE VERRA SON RÈGNE ABRÉGÉ PAR LA FURIA DU PEUPLE"

Le secrétaire général de l'ONG internationale ANA, Bekki Benameur lance un appel au peuple africain. « si l'Onu cède à la manipulation française, si la franque prend la tête de la Minusca et l’UETM, nous devons chasser toutes les installations onusiennes en Afrique. Le dirigeant qui s'y oppose verra son règne abrégé par la furia du peuple ».

« Le génocide du Rwanda risque de se répéter si la France prend la tête de la Minusca et de l'EUTM. Les Africains ne doivent plus faire confiance à l'ONU car elle est à la solde de la France", ce sont là, les propos du secrétaire général de l'ONG internationale ANA. Pour lui, le Secrétaire général de l'ONU est un employé de la France. "Est-il en bizness avec la France ? Reçoit-il des commissions à chaque accord avec la France ? Pourquoi n'est il pas capable de dire non à la France ? Pourquoi refuse t'il la deuxième livraison d'armes de la Russie aux FACA ? La France a t'elle besoin de prendre la tête de la Minusca pour quoi faire?" s'est-il interrogé au sujet du fonctionnaire de l'ONU dont l'attitude est suspecte selon lui. "Nous avons des informations précises sur les intentions réelles de la France en RCA. C'est pour cela que je lance un appel fort au peuple Africain. Nous devons prendre nos responsabilités. C'est une question de dignité et d'honneur. Nous devons braver la mort pour nous faire respecter, pour que l'ONU nous respecte. N'ayons pas peur de mourir pour une cause noble. Je lance un appel fort au peuple Africain en général et au peuple Centrafricain en particulier. Nos vies et notre avenir sont entre nos mains", a-t-il fait savoir. Au peuple de la République Centrafricaine et son président, il a soutenu que l'acharnement de la France est considéré comme un crime contre l'humanité. "Le peuple Algérien et du Maghreb en général, est debout comme un seul homme et déterminé. A travers des actes de dénonciation, nous ferons en sorte que le monde entier sache que l'Afrique du 21ème siècle n'est pas celle des années 70. Nous sommes prêts et c'est notre devoir de nous défendre", a-t-il conclu.

Brahim Hiassim ,

ONG ANA

 

 

RCA : LA SOCIETE CIVILE TURQUE INTERPELLE LE PRESIDENT MACRON ET DONNE UN AVERTISSEMENT A JEAN YVES LE DRIAN

En présence du Secrétaire Général de l’ONG Internationale ANA, Bekki Benameur à Istanbul, la Société Civile  demande au président français d’arrêter le massacre du peuple centrafricain et de penser aux Français qui vivent sur le continent africain.

Lors d’un point de presse animé à Istanbul, la société civile Turque et Centrafricaine ont vivement condamné les massacres des Centrafricains, soutenus par les autorités françaises et la force Onusienne. « En ce 21ème siècle, c'est une honte de voir qu'un pays comme la France finance des terroristes pour déstabiliser des régimes démocratiquement élus. Quelle leçon la France peut dicter au monde entier en terme de paix et de liberté ? Ce que nous voyons en République Centrafricaine est horrible. Cautionner des terroristes qui utilisent le nom de l'islam pour tuer! Notre déception est énorme, c'est pour cela que nous profitons de ce colloque, comme nous sommes tous réunis, pour faire un point de presse et demander au Président Macron d'avoir une pensée pour les Français vivant en Afrique et dans le monde », ont ils interpellé Macron. Car pour eux, Jean Yves le Drian expose le peuple français. « Les Africains ne doivent pas continuer à subir. Il faudra faire attention car trop de tortures crée une révolte et cela risque d’être une révolte générale. Nous pensons que le Président Macron à été trahi par Jean Yves le Drian, car cela n'est pas la politique extérieure ou Africaine du Président Macron. Nous sommes tous avec le peuple Centrafricain. Nous invitons Emmanuel Macron à revoir sa politique en Afrique en général et en RCA en particulier », ont ils prévenu.

Christ Kamel , ONG ANA

Merci

 

 

 

JOURNEE MONDIALE  DE LUTTE CONTRE LE VIH/SIDA : ZOOM SUR QUELQUES MYTHES ENTRETENUS PAR LES CENTRAFRICAINS

La République centrafricaine, à l’instar des pays du monde, a célébrée en différé le 3 décembre dernier, la Journée Mondiale de Lutte Contre le VIH/SIDA.

En effet, comme le déclarait feu Kofi Annan, Secrétaire général de l'ONU, « Notre stratégie pour l’avenir doit être de donner aux femmes les moyens d’agir dans ce combat. Les véritables héros de cette guerre, c’est parmi elles qu’il faut les chercher, et il nous appartient de leur fournir l’arme de l’espoir ».

En 1988, l’Assemblée générale avait exprimé sa vive préoccupation devant la pandémie du Sida. Notons que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait choisi la date du 1er décembre 1988 comme Journée mondiale du Sida. .L’Assemblée a souligné l’importance de cette manifestation (résolution 43/15). Aujourd’hui en Afrique, plus de 25 millions de personnes sont séropositives et sidéennes, dont 1,8 millions d’enfants.

La journée mondiale de lutte contre le SIDA n'est pas la seule occasion de revenir sur ce dossier brûlant, mais en insistant sur le fait que nous devons être tous ensemble contre le SIDA pour que cette journée ait toute sa place dans le calendrier des journées internationales.

Pour cette année 2018, la mobilisation doit rester entière. Cette année encore, la journée a pour thème « Connais ton statut ».

L'infection au VIH est un problème majeur de santé publique mondiale qui a fait plus de 35 millions de victimes à ce jour, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Rien que l'année dernière, près d'un million de personnes sont mortes de causes liées au VIH dans le monde.

Cependant, face à ce fléau mondial, bon nombre de Centrafricaines continuent d’avoir des idées farfelues sur la façon dont le virus du Sida se transmet, et le fait de vivre avec le VIH alimente les préjugés et la stigmatisation.

À l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, nous démystifions certains d'entre elles parmi les plus courantes.

 

Les idées préconçues

Mythe : Je peux contracter le VIH en côtoyant des personnes séropositives.

Cette idée fausse alimente depuis longtemps la discrimination à l'égard des personnes séropositives. Et malgré toutes les campagnes de sensibilisation, certains Banguissois interrogés continuent de croire que le VIH pouvait être transmis par contact peau à peau ou par salive.

Toutefois, il ne se propage pas par le toucher, les larmes, la sueur, la salive ou l’urine.

La vérité, vous ne pouvez pas l'attraper : Respirer le même air, étreindre, embrasser ou serrer la main, partager les ustensiles de cuisine, partager une fontaine d'eau, partager des objets personnels, utiliser des appareils d'exercice dans un gymnase, toucher un siège de toilette, un bouton de porte ou une poignée de porte. Mais en revanche, le VIH se transmet par l'échange de liquides organiques avec des personnes infectées, comme le sang, le sperme, les sécrétions vaginales et le lait maternel.

Mythe : Des remèdes peu orthodoxes peuvent guérir le VIH.

Absolument pas. La médecine alternative, la douche après les rapports sexuels ou les rapports sexuels avec une vierge ne feront rien contre le VIH. Le mythe de la « purification de la vierge », qui s'est implanté en Afrique subsaharienne, dans certaines parties de l'Inde et en Thaïlande, est particulièrement dangereux. Elle a conduit au viol de très jeunes filles, et même, dans certains cas, de bébés, les exposant ainsi à un risque d'infection par le VIH.

Le mythe aurait ses racines dans l'Europe du XVIe siècle, lorsque les gens ont commencé à attraper la syphilis et la gonorrhée. Cette pratique ne fonctionne pas non plus pour ces maladies.

Quant aux prières et aux rituels religieux, bien qu'ils puissent aider les gens à faire face à des situations difficiles, ils n'ont aucun effet médical sur le virus.

Mythe : Les moustiques peuvent propager le VIH.

Bien que le virus soit transmis par le sang, plusieurs études montrent que les insectes piqueurs ou suceurs de sang ne permettent pas de l'attraper, pour deux raisons :

1) Lorsque les insectes piquent, ils n'injectent pas le sang de la personne ou de l'animal qu'ils ont mordu auparavant ;

2) Le VIH ne vit que peu de temps en eux. Donc, même si vous vivez dans une région où il y a beaucoup de moustiques et où la prévalence du VIH est élevée, les deux choses ne sont pas liées.

Mythe : Je ne peux pas contracter le VIH lors de rapports sexuels oraux.

C'est vrai que le rapport oral est moins risqué que certains autres types de rapport.

Le taux de transmission est inférieur à quatre cas pour 10.000 actes.

Mais vous pouvez contracter le VIH en ayant des rapports sexuels oraux avec un homme ou une femme séropositive. C'est pourquoi les médecins recommandent toujours l'utilisation de préservatifs, même pour les rapports oraux.

Mythe : Je ne peux pas contracter le VIH si je porte un condom.

Les préservatifs peuvent ne pas prévenir l'exposition au VIH s'ils se brisent, glissent ou fuitent pendant les rapports sexuels.C'est pourquoi les campagnes de lutte contre le Sida ne visent pas seulement à inciter les gens à porter la gaine de latex, mais aussi à subir un test de dépistage du VIH, et à recevoir un traitement immédiatement s'ils sont infectés par le VIH.

Mythe : Pas de symptômes, ne signifie pas être hors de porter  du VIH.

Une personne peut vivre dix ou quinze ans avec le VIH et ne présenter aucun symptôme.
Elle peut également souffrir d'une maladie semblable à la grippe, notamment de fièvre, de maux de tête, d'éruptions cutanées ou de maux de gorge au cours des premières semaines suivant l'infection initiale.

D'autres symptômes peuvent apparaître au fur et à mesure que l'infection affaiblit le système immunitaire : ganglions lymphatiques gonflés, perte de poids, fièvre, diarrhée et toux.

Sans traitement, ils pourraient également développer des maladies graves comme la tuberculose, la méningite, de graves infections bactériennes, etc.

Mythe : Les mères séropositives infecteront toujours leurs enfants.

Pas nécessairement. Les mères qui ont une charge virale faible peuvent avoir des bébés sans leur transmettre le virus.

 

Inquiétudes liées au financement du VIH

La « complaisance » adoptée vis-à-vis du VIH est non seulement jugée « dangereuse », mais elle risque aussi de provoquer une résurgence de la maladie, selon un rapport. Selon les experts, le financement du VIH, en stagnation ces dernières années, a mis en péril les efforts pour contrôler la maladie.

Dans l'état actuel des choses, le monde n'est pas sur la bonne voie pour mettre fin à la pandémie d'ici 2030, un objectif convenu par les États membres de l'ONU, affirment les experts.

Ils appellent à des changements urgents dans la façon dont la maladie est traitée et contrôlée.

Alors, nous espérons à travers ces explications, lever le voile sur les idées farfelues des Centrafricains contre les modes de transmission du VIH/SIDA.

 

Sinclair ARIES

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !