Toutes les infos du Lundi 05 Novembre 2018

Cm n 2831 du lun 05 nov 2018

LA FRANCE PEUT RETIRER SA MINUSCA ET LE CONTINGENT FRANÇAIS, UNE PESTE : LES FACA SONT DEJA DEBOUT

Le génocide programmé en RCA comme au Rwanda, n’aura jamais lieu. Rappelons qu’avant de partir, l’Opération Sangaris a laissé un groupe de soldats pour évacuer les ressortissants français de la fournaise. Jean Yves Le Drian a attendu en vain l’envahissement de Bangui par la Séléka. Le Drian est un colon, un esclavagiste, un négrier, sans âme, ni conscience. Les Centrafricains sont des moins que rien, des sous hommes, des machins, corvéables et malléables à souhait. Pour ce faire, l’intérêt de la France passe avant celui du peuple centrafricain, en Centrafrique. Les Centrafricains disent non et non. Le dispositif laissé à Bangui par l’Opération Sangaris s’active pour devenir opérationnel. Alors qu’il faut se référer au Conseil de Sécurité, au lieu de faire clandestinement des actions louches.

Est-ce encore une opportunité de déstabilisation ? La France  était là et a abandonné la RCA. Jean Yves Le Drian avait concocté son plan machiavélique pour réduire à néant la RCA. Il a lamentablement écoué et doit s’en prendre à lui-même. La violence s’est accrue, les massacres, les viols massifs, les destructions et les  incendies des villages. Les Centrafricains vont déposer plainte contre Jean Yves Le Drian, le cerveau de la criminalité en RCA, le génocide programmé. La France doit quitter la RCA avec sa Minusca. La Minusca des Nations Unies va demeurer et aider les Centrafricains à sortir du gouffre. La Russie occupera les chaises vides et les FACA seront une puissance militaire. L’Union Européenne ne peut former nos soldats. L’EUTM n’est que la face masquée de la France.

Nous disons non à la France. La jeunesse centrafricaine monte au créneau pour défendre la patrie en danger. La Révolution positive est en marche, les Centrafricains rejettent l’esclavage, le traitement inhumain et dégradant, le mépris. Le terrorisme d’Etat de Jean Yves Le Drian n’engage que lui, personne n’a peur d’affronter la France, les mains nues. La patrie ou la mort, nous vaincrons.

Pour le présent, l’urgence est d’arrêter la guerre, la violence sous toutes ses formes. Les Russes sont arrivés à Bangui, alors que les Etats-Unis et la France assistent sans réagir aux massacres, aux carnages et aux incendies des villages. Pourquoi diaboliser la Russie qui a un cœur plus humain que les Etats-Unis et la France ? La Russie est et demeure, l’alliée vitale du peuple centrafricain. Grâce à la Russie, l’insécurité recule et la paix s’installe. Pourquoi les actions qui font du bien aux Centrafricains irritent la France et les Etats-Unis ? Une chose est sûre, la Russie et la RCA ne font qu’un seul. La formation des FACA, c’est la Russie et il n’y a pas de débat sur ce point.

Les Centrafricains refusent de mourir à genou. C’est la révolution positive pour notre liberté, notre indépendance et notre souveraineté. La France à travers Macron négocie avec Poutine de la Russie pour le partage du gâteau en Syrie. La même France joue la mère-poule en RCA comme si c’était une préfecture française.

Les Centrafricains en ont marre après 58 ans de misère absolue, de pauvreté au-dessous du seuil humain, des pillages systématiques, de l’exploitation sans vergogne par la France. Nous n’avons aucune leçon à recevoir de la France.

Les Etats-Unis insensibles aux viols industriels des femmes, aux massacres d’enfants, à l’effondrement du système éducatif et sanitaire, au déficit d’eau potable et d’énergie, à l’écroulement de l’économie nationale, cela dépasse l’entendement. N’est-ce pas Obama qui disait qu’ « il faut des institutions fortes et non des hommes forts » ? La RCA n’a rien à voir avec les influences géostratégiques. C’est un pays pauvre qui ne cherche qu’à manger. La position géostratégique de la RCA ne date pas d’aujourd’hui. Et ce n’est pas maintenant que la France et les Etats-Unis vont se préoccuper de cette position géostratégique.

Des officiers américains étaient à Obo, dans le Haut-Mbomou, pour traquer Joseph et ses éléments de la LRA. Pourquoi ont-ils plié bagages sans avoir capturé Joseph Kony ? Pourquoi n’ont-ils pas opté pour un soutien aux Forces Armées Centrafricaines ?

Les Centrafricains sont des sous hommes qui ne méritent aucune protection, aucun égard, aucune dignité. Des révélations troublantes mettent en exergue la contribution de la France dans le génocide rwandais. Macron utilise tous les moyens pour faire les yeux doux au président Paul Kagamé, mais les blessures restent béantes après plus de vingt ans. La France parvient toujours à se servir des Etats-Unis comme bouclier dans le monde. Mais les Centrafricains disent non à toute forme de tyrannie internationale d’où qu’elle vienne.

La RCA peut compter sur ses fidèles alliés comme la Chine, mais et surtout la Russie pour bâtir une armée digne de ce non qui fait déjà la fierté du peuple centrafricain. Un soldat des FACA interrogé par Centrafric Matin, déclare : « Avec les Russes, c’est la véritable formation militaire sur tous les plans. Pour l’EUTM, rien de nouveau que ce que nous connaissons et pratiquons d’habitude ». Peut-on être plus royaliste que le roi, plus soldat que les FACA qui apprécient la formation russe à sa juste valeur ? 

La France doit aller se faire voir au Sahel avec le G5. La RCA tient mordicus à la Russie contre vents et marées. La Russie colle à la peau des Centrafricains comme la peau sur la chaire des êtres vivants.

Nous voulons la paix pour aller au développement économique et la Russie accompagne si bien la RCA.

 

Julien BELA

 

 

 

BAMBARI DE NOUVEAU SECOUEE PAR DES DETONATIONS D’ARMES :  ALI DARAS S’EN PREND A LA MINUSCA ET A LA CENTRALE DE L’ENERCA

Pourquoi la ville de Bambari, chef-lieu de la préfecture de la Ouaka, est-elle constamment secouée par des détonations d’armes lourdes et légères ? C’est toute la question que se posent les Centrafricains à l’heure actuelle. Cette question trouvera-t-elle une réponse appropriée ?

Après la destitution du Président de l’Assemblée Nationale, l’honorable Abdou Karim Méckassoua, Bambari va du mal au pire. Il ne se passe pas un seul jour sans que des crépitements d’armes ne soient entendus dans cette ville martyre. Les habitants de la Ouaka en général, et ceux de Bambari en particulier, ne mangent, boivent et respirent que des bruits de bottes. Depuis le retour en force des combattants de l’UPC d’Ali Daras en mai dernier, après deux (2) ans d’absence, nos compatriotes vivent la peur au ventre. Les intimidations, les braquages, les tortures, les viols et abus sexuels, les disparitions forcées, bref des exactions de tout genre, sont devenus leur pain quotidien. Les humanitaires, les serviteurs de Dieu, les soldats de la paix, ne sont pas épargnés par les criminels, les malfrats, les bandits de grand chemin, les seigneurs de guerre que sont les combattants de l’UPC du tristement célèbre nigérien Ali Daras.

Le « mal nécessaire » de la Minusca, Ali Daras, le leader de l’UPC, a retourné sa veste. Il a changé de fusil d’épaule. Les Casques Bleus de la Minusca sont devenus sa cible. Le mercredi 31 octobre dernier, une patrouille de la force spéciale portugaise de la Minusca était prise à partie par les combattants de l’UPC. La réaction de la Minusca ne s’est pas fait attendre. Appuyée par les Forces de Défense et de Sécurité (FACA, gendarmerie, police), cette force conjointe a repoussé ces malfrats jusque dans le quartier Hadji. Les combats ont duré pendant plusieurs heures. C’était au début de l’après-midi qu’un calme précaire est revenu dans la ville.

Malheureusement, cette accalmie relative a volé en éclat après seulement 48 heures. Dans la nuit du vendredi 02 novembre 2018, les combattants de l’UPC ont, de nouveau, attaqué la force spéciale portugaise et les FACA qui assuraient la sécurité de la Centrale électrique de l’Enerca réhabilitée pour la Journée mondiale de l’alimentation 2018. Les affrontements entre les combattants de l’UPC et les forces nationale et internationale ont repris de plus bel. Ces forces les ont repoussés pour la seconde fois. Le samedi 03 novembre, les barricades érigées par ces hors-la-loi au niveau du quartier Hadji ont été toutes démantelées. Les combattants de l’UPC venus de Bokolobo en renfort à leurs hommes ont été neutralisés. D’après le bilan qui nous est parvenu, il y aurait plusieurs morts dans le rang de l’UPC et des dizaines de blessés admis à l’hôpital pour des soins.

Ce que nous déplorons, est que la vie tourne au ralenti dans cette ville. Toutes les activités commerciale, administrative et scolaire ne fonctionnent plus. De nombreux habitants ont dû quitter leurs maisons pour trouver refuge de l’autre côté du cours d’eau Ouaka, sur la route menant à la ville de Grimari. Mais la ville est sous contrôle de la force spéciale portugaise et les éléments des Forces Armées Centrafricaines (FACA) qui patrouillent nuit et jour.

Face aux attaques répétées des combattants de l’UPC contre les soldats de maintien de la paix, le représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies en Centrafrique, patron de la Minusca, Parfait Onanga-Anyanga, est monté au créneau pour mettre en garde l’UPC. Pour lui, si les Casques Bleus de la Minusca seront attaqués, ils feront recours à l’usage de la force, conformément au mandat robuste qui leur est donné par le Conseil de Sécurité. Où était-il pour faire une telle déclaration ? La déclaration est tardive mais elle est la bienvenue. Pourvu que ces hors-la-loi de l’UPC qui s’en prennent aux soldats de la paix soient traqués jusque dans leur dernier retranchement, arrêtés et mis à la disposition de la justice. Et désormais, les autres, tels que les combattants du FPRC n’emprunteront plus cette voie.

Notre souhait aujourd’hui est de pacifier la ville de Bambari afin que la Journée Mondiale de l’Alimentation 2018, célébrée en différé, se déroule dans de bonnes conditions et sans détonations d’armes lourdes et légères. La pacification des autres villes de la RCA doit être aussi à l’ordre du jour. La Minusca et les FDS doivent prouver à ces malfaiteurs de l’UPC ce dont ils sont capables. Bambari qui avait accueilli à bras ouverts les combattants Séléka en difficulté à Bangui ne peut être transformée par ces mêmes gens à une ville martyre. Nous profitons de cet instant pour demander à nos compatriotes de Bambari de prendre leur mal en patience. Le service qu’ils ont rendu aux combattants Séléka et qui est devenu un goulot d’étranglement pour eux, se retournera un jour contre ces charcutiers humains.

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

 

LA POLITIQUE DOMINE LE QUOTIDIEN DES CENTRAFRICAINS ET NON

L’ECONOMIE ET LE SOCIAL

Dans les transports en commun, les administrations tant publiques que privées, les marchés, les hôpitaux, aux champs, à la pêche, à la chasse, à l’école, bref, partout, les Centrafricains ne parlent que politique. Ils ne boivent, mangent, respirent, chantent, dansent que politique. Mêmes les bébés encore dans le ventre de leur mère ne sentent que la politique. Dès qu’ils voient le jour, leurs parents ne leur enseignent que la politique. Devenus adultes, ils préfèrent faire la politique. Pour eux, la politique, c’est le chemin du salut, du bonheur, de la réussite. C’est à travers la politique qu’ils seront propulsés sur la lune. Tellement qu’ils se sont enracinés dans la politique, ils oublient tout. Ils n’ont plus de notion sur les autres activités. De jour comme de nuit, ils se comptent par dizaine ou centaine chez les soi-disant hommes politiques centrafricains. Mais savent-ils que la politique est un couteau à double tranchant ?

Avec l’avènement du multipartisme en Afrique en général, et en Centrafrique en particulier dans les années 90, les jeunes centrafricains se sont rués vers la politique. Oubliant que la politique est un couteau à double tranchant, beaucoup se sont fait casser la figure. D’autres sont passés de ce monde à un autre. Certains sont nus comme un ver de terre à cause de la politique. Malgré cet échec cuisant, de nombreux compatriotes continuent de suivre aveuglément ces caducs de la politique centrafricaine pour un bout de pain, un tee-shirt, un pagne, une pièce d’argent. Ils les manipulent à souhait. Quand ça chauffe ou ça éclate, ces vieux crocodiles les abandonnent à leur triste sort. Ils sont dans les avions pour l’Europe, l’Amérique, et que savons-nous encore. Alors, le 2ème tranchant du couteau de la politique les transgresse, et c’est fini.

C’est le cas du député de Mbaïki 2, l’honorable Alfred Yékatom alias Rambo qui terminera probablement sa course en prison en voulant faire la politique, alors qu’il avait choisi le métier des armes. En mettant de côté sa vocation et en suivant ces hommes politiques qui ont leur soutien en étranger, il s’est vite fait rattraper par la politique. Nous pensons à l’heure actuelle qu’il est entrain de regretter amèrement l’acte qu’il a posé lors de la session parlementaire consacrée au vote du nouveau président de l’assemblée nationale, s’il avait été manipulé. Et c’est ça le mauvais côté de la politique.

Nos compatriotes doivent comprendre que la politique est une science, un art. Dans les pays dits démocratiques, on enseigne les vertus, les idéaux de la politique. Les politiciens gravitent des échelons. Tel ne semble pas être le cas en République centrafricaine. Certains compatriotes se réveillent un petit matin et deviennent en une fraction de seconde des hommes politiques. Est-ce faisable sous d’autres cieux ? Les conséquences sont ce que nous vivons au quotidien.

Et pourtant, il y a l’économie et le social. Mais force est de constater que les Centrafricains font fi de l’économie. Savent-ils que c’est l’économie qui tient le politique ? Quand l’économie d’un pays est en chute libre, les politiques, c’est-à-dire les dirigeants d’un pays n’ont plus de poids devant leur peuple. Ils sont en chute libre dans les sondages concernant leur cote de popularité. Certains perdent leur pouvoir. C’est en Europe et en Amérique que ce cas est récurrent. Comme en Afrique, nous nous intéressons trop à la politique, nous ne voyons pas cet aspect. Et la parole biblique qui dit, « mon peuple périt faute de connaissance », se manifeste sans que nous le sachions.

L’heure est venue pour le peuple centrafricain de s’orienter vers l’économie. Notre pays est très riche. Nous devons mettre en valeur nos ressources minières et naturelles pour booster l’économie du pays. Les quelques rares hommes d’affaires du pays doivent investir dans les secteurs productifs, pourvoyeurs d’emplois pour résorber le chômage endémique en milieu jeune. Les jeunes de leur côté ont l’obligation de se battre en se lançant dans les Activités Génératrices de Revenus (AGR). Et petit à petit, ils deviendront des entrepreneurs, des hommes d’affaires, des industriels.

Centrafricaines, Centrafricains, savez-vous que les politiques prospèrent à cause des entrepreneurs, des hommes d’affaires, des industriels ? Ailleurs, pendant les campagnes électorales, ce sont ces gens-là qui financent les politiques. Lors des campagnes présidentielle et législative de 2015 en RCA, on appelait certains candidats « Yongoro Nguinza ». Où est-ce qu’ils ont trouvé cet argent ?  Cet argent provient de ceux qui détiennent d’énormes capitaux dans leur compte bancaire. Aujourd’hui, ces candidats continuent-ils de distribuer de l’argent à tour de bras ? Non et absolument non. Ils sont endettés jusqu’au cou et ne peuvent tenir tête à ces détenteurs de capitaux. Sans nous voiler la face, les politiques en Centrafrique ne pèsent pas un gramme devant ces entrepreneurs, ces grands commerçants, ces hommes d’affaires. Les Libanais et les Yéménites qui font du commerce en RCA ne disent-ils pas que les dirigeants centrafricains sont tous dans leurs poches ?

Laissons la politique aux politiciens après la fin de cette crise qui a frappé et continue de frapper la RCA. Intéressons-nous désormais à l’essor de notre économie pour qu’un jour notre pays soit au même diapason que certains pays qui ont accédé à l’indépendance dans les années 60 au même titre que la RCA. Que chaque centrafricain sache que ce sont les bailleurs de fonds qui dictent leur loi aux politiques. Car ne dit-on pas, « qui paie commande » ?

Regardons ce qui se passe chez nous : les gens meurent de faim, de maladies. Cette situation devrait interpeller la conscience de tout un chacun de nous. Mais hélas ! N’est-ce pas à cause de la pauvreté que nous mourrons comme des mouches ?

Occupons-nous de nos oignons et non de la politique. A bon entendeur, salut !

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

 

****************

 

Centrafrique : Jean Yves LeDrian comme un colon

 

L’homme lige de Macron veut faire du faux en impliquant les autorités centrafricaines

Annoncé en RCA, le ministre des affaires étrangères de la France est effectivement à Bangui. Si l’on ne se doutait point de ce que sa présence augurait de mauvais pressentiments,  Jean Yves Le Drian a bien confirmé tout le mal qu’on disait de lui.  Une fois à Bangui, l’homme lige d’Emmanuel Macron a voulu faire signer de faux documents aux autorités Centrafricaines qui s’en sont très vite rendues compte.

En dépit de son insistance, le ministre des affaires étrangères du pays hôte est resté droit dans ses bottes. Pour laver ce qu’il a pu considérer comme un affront, Jean Yves Le Drian a indiqué aux autorités centrafricaines qu’il produirait un rapport accablant à l’endroit de Bangui. Dans son soit disant rapport, il veut faire porter la responsabilité de la guerre au clan présidentiel. Pour lui, si la guerre perdure, c’est le fait du régime Touadéra, qui refuse le dialogue de l’Union africaine et le DDR. Tel un colon dans les années 40, Jean Yves Le Drian  se croyait encore dans une colonie française. Il a oublié que les indépendances sont loin derrières nous et que la jeune et nouvelle génération d’Africains n’a que faire de la colonisation.

Toute honte bue, il voudrait saisir comme à leur habitude, leur allié, les États Unis, afin que par une résolution onusienne, la MUNISCA se retire de la Centrafrique. Pis, il va plus loin pour dire qu’ils réussiront avec les États Unis, à faire partir également la Russie de ce pays. Ce qui donnerait libre cour à toutes leurs salles besognes. Fort heureusement, le peuple Centrafricain n’est pas dupe. La communauté internationale non plus. Ce scénario a eu lieu en Côte d’Ivoire et en Libye. Aujourd’hui, ni la Côte d’Ivoire, ni la Libye, ne sont en paix. Dans l’un comme dans l’autre pays, la France a voulu imposer ses hommes. Ce qu’elle a fait, point barre. Mais tout le monde entier s’est rendu compte de la supercherie. Le Drian peut bien rire, rira bien, qui rira le dernier.

Geoffroy M’Bengue,

Lafrique.info

 

 

 

NOUS ALLONS POURSUIVRE LE DRIAN POUR CRIME CONTRE L’HUMANITE

 

La RCA est en danger. Les pilleurs de l’Afrique y sont et ils ne vont pas de mains mortes. Non satisfaits d’avoir rendu ingouvernable ce pays depuis des lustres, la France et ses complices continuent d’imposer leur diktat en RCA. Sauf que cette fois ci, le pays a à sa tête un universitaire. Grand intellectuel Faustin Archange Touadéra n’a de cesse de déjouer tous leurs plans. La dernière en date est l’éhonté proposition de Jean Yves Le Drian de dicter sa loi à Bangui comme s’il en était le possesseur. Devant le revers qu’il à subi, l’ami du Président Français a proféré des menaces tout en versant dans le chantage. Au fait de cette sortie pour le moins maquée et teintée d’amateurisme, la Coalition Afrique Engagée et Bê-africa Engagée, deux structures puissantes et représentatives à l’échelle africaine ont pondu un communiqué dont nous avons reçu copie. « Le ministre des affaires étrangères de la France perd son temps. Les Russes n’iront nulle part et rien n’arrivera à la RCA.

Nous saisirons la CPI et les tribunaux internationaux pour intenter un procès contre Jean Yves Le Drian pour crime contre l’humanité. La justice ne peut pas être à double vitesse. Il répondra de ses actes devant les tribunaux compétents », ont menacé les leaders de ces Ongs. Pour eux, Jean Yves Le Drian n’est pas le bienvenue en RCA et il devra se méfier. Il pourrait lui arriver le pire s’il continue et persiste dans son entêtement à vouloir dicter sa loi à Bangui.  » La RCA a des autorités démocratiquement élus. Que Le Drian aille faire sa loi dans une province ou un territoire français. Trop c’est trop », ont dénoncé les pan-africanistes qui disent suivre avec le plus grand intérêt, cette affaire qui risque de salir tout le Gouvernement français. Qui vivra, verra.

 

Bella Grâce, Leuropeafrique.info

 

 

 

  JEAN YVES LE DRIAN A BANGUI, A MENACE LES AUTORITES

CENTRAFRICAINES. LA FRANCE DEMANDERA LE RETRAIT DE LA MINUSCA

SI VOUS NE CEDEZ PAS A NOTRE VOLONTE

Le ministre des affaires étrangères Français, séjourne en ce moment à Bangui où les choses se sont très mal déroulées entre Jean Yves Le Drian et le ministre des affaires étrangères Centrafricaines, Charles Armel Doubane, qui a rejeté catégoriquement les propositions de la France. Jean Yves Le Drian a pour sa part insisté et menacé son homologue. "Si vous n'acceptez pas nos propositions, nous allons dire que vous refusez le dialogue de l'Union Africaine et le DDR. Alors la France demandera l'appui des États-Unis et sollicitera le soutien de l'ONU pour le retrait de la MUNISCA", a fait savoir l'émissaire de Macron. Jean Yves Le Drian est venu imposer la dictature française aux autorités Centrafricaines. Sachant que leur plan diabolique à été déjoué par la destitution de l'ex-président de l'Assemblée nationale, Abdou Karim Méckassoua, la France veut passer par tous les moyens pour éliminer les autorités Centrafricaines et voir même le peuple centrafricain. La Coalition Afrique Engagée et la Bê-africa Engagée lancent un appel au peuple Centrafricain qui doit prendre ses responsabilités. " Nous demandons aux autorités Centrafricaines d'exiger et de rendre effectif le retrait des forces françaises de la MUNISCA avant qu'ils ne mettent à exécution leur satané plan.

 

Abel Dazer, Ong Nouvelle Afrique

 

 

 

RCA : UNE NOUVELLE REVOLUTION EST NEE EN AFRIQUE

Depuis l’accession du Président Touadéra au pouvoir le 30 Mars 2016, beaucoup d’observateurs ne pouvaient en aucun cas parier sur la capacité de cet homme de bouleverser en si peu de temps, la géopolitique en Afrique en général et plus particulièrement en Afrique Centrale. Longtemps resté dans les girondes de Bozizé en temps que 1er Ministre, Touadéra était le caractéristique d’un homme politique effacé, un grand Commis de l’Etat dont le seul soucis est donner à manger aux centrafricains. Les réformes entreprises à l’époque au grand dam des caciques du régime Bozizé lui ont forcé l’admiration du bas peuple. C’est ce qui justifiait à la surprise générale, son succès face aux candidats des grandes puissances. C’était la première fois que les centrafricains ont fait librement leurs choix.

Qu’est ce qui se passe aujourd’hui?

Le Président de la RCA est devenue la cible de la France qui depuis 2013, est à la base de la crise en RCA. En voulant ramener la paix dans son pays afin de répondre aux aspirations de son peuple, en voulant diversifier les sources de coopération qui privilégient les intérêts de son peuple, nous constatant que cette France, cette vieille France qui entoure Macron, devenu pardon un Macro cherche par tout les moyens, à empêcher la République Centrafricaine à renaître de ses cendres. Pourquoi exige au Président Touadéra, le départ de la Russie? Qu’est ce que cette France a fait de ce pays depuis l’indépendance? Des sources autorisées au sein de la Minusca ont révélé la stratégie mise en place par ma France pour revenir en force et empêcher notre pays, de retrouver sa pleine souveraineté. Depuis la montée en puissance de la Russie et celle des FACA, l’ancienne puissance colonisatrice a perdu le sommeil. Qui contrôle la RCA a le contrôle de l’Afrique et du reste du monde. Je demande à tous les panafricanistes de se mettre debout pour dénoncer cette manœuvre tendant à maintenir ce pays longtemps brimés. Ça suffit! Trop c’est trop.

 

Tidjani Sow,

Loccident.info

 

 

 

AFRIQUE : LE PROFESSEUR DE MATHEMATIQUE DONNE UNE LEÇON DE

DEMOCRATIE A N’DJAMENA, BRAZZAVILLE ET PARIS

Serein et imperturbable, le Président de la République Centrafricaine, le professeur Faustin Archange Touadéra est un homme de principe et de caractère qui fait de lui, le digne fils de l’Afrique. Le Président Touadéra a insisté, persisté et signé face à Emmanuel Macron, Jean Yves Le Drian, Idriss Deby Itno, Denis Sassou-Nguesso et Mahamat Moussa Fakir, que la RCA est ouverte à tout le monde. « La Russie fait du très bon travail, elle forme les FACA et nous livre des armes. Le Président Macron qui refuse d’associer son image à la déstabilisation d’un pays Africain se retrouve dans un dilemme face à Jean Yves Le  Drian et Idriss Deby, qui sont les acteurs principaux de la crise Centrafricaine », a laissé entendre le Président Touadéra. Emmanuel Macron, lors de son discours le 17 Novembre 2017 à Ouagadougou, a promis ne pas intervenir dans les prises de décision des dirigeants Africains qui pensent au bien-être de leur population. Aujourd’hui, le Président français edt face à une décision historique du Président Touadéra, qui permettrait de mettre définitivement fin à une longue série de crises en RCA. Emmanuel Macron, dans ses différentes interventions sur le dossier de la RCA, se fait passer pour un menteur vis à vis du peuple Africain. Le Président Touadéra quant à lui, dit vouloir appliquer la volonté de son peuple, qui vit dans une misère totale. Cela est une belle leçon de démocratie. Et il a le soutien de toute l’Afrique.

Salif Sow,

Leuropeafrique.info

 

 

 

 

MACRON IMPOSE LA FORMATION DES FACA PAR L’UNION EUROPEENNE,

COMME SI LA RCA EST UNE VILLE DE LA FRANCE ET IL EXIGE L’OCCUPATION DE

L’AEROPORT PAR LES FORCES FRANÇAISES DE LA MUNISCA

Emmanuel Macron cautionne les exactions des forces françaises en RCA et demande le retrait des Russes

Le peuple Centrafricain doit dans sa grande majorité dire non à la France.

Le Président Macron n'est pas différent des autres chefs d'Etats français.

La Russie fait du très bon travail, la Russie n'est pas responsable des milliers de morts qu'il y'a eu depuis l'occupation Française. Les soldats français ont commis beaucoup de crimes en RCA. Nous appelons à un soutien total du peuple Africain pour dénoncer les intentions du Président Français, qui est pour nous, une position criminelle. La France doit reconnaître tous les crimes odieux de la RCA. La France doit donner des explications au monde entier sur toutes les crises précédentes.

Depuis la présence Russe, la RCA est en paix, les russes sont un grand soutien pour la paix en RCA. Qu'est-ce que le Président français veut ? Qu'est ce que l'armée française au sein de la MUNISCA veut faire à l'aéroport.? Pourquoi Emmanuel Macron exige le départ de la Russie ? Est-il le Président de la RCA? Le peuple français à t'il voté le Président Touadéra ? Nous lançons un appel à la population Centrafricaine de prendre son destin en main. Nous devons tous dénoncer cette mauvaise volonté de la France.

Bargo Tel Do,

LemondeEnVrai.net

 

 

 

RENFORCEMENT DE LA COOPERATION ENTRE LE ROYAUME DU MAROC ET LA REPUBLIQUE DU SOUDAN DU SUD, 19/11/2018

Sur initiative du ministre marocain des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Monsieur Nihal Deng Nhial, le ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale de la République du Soudan du Sud, a effectué une visite officielle au Royaume du Maroc, à Rabat les 19 et 20 octobre 2018. Les deux ministres ont affiché leur détermination à donner une nouvelle impulsion et diversifier les domaines de coopération bilatérale pour en faire un partenariat bénéfique pour les deux pays. C’est la substance d’un communiqué de presse parvenu à notre rédaction, dont voici les principales articulations.

 

Julien BELA

A l'invitation de M. Nasser Bourita, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale du Royaume  du Maroc, M. Nhial Deng Nhial, Ministre  des  Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale de la République du Soudan du Sud a effectué une visite de travail au Maroc les 19 et 20 octobre 2018.

 

La rencontre officielle des deux Ministres vise à renforcer les liens d'amitié, de coopération et de solidarité entre le Royaume du Maroc et la République du Soudan du Sud. Dans cet objectif, M. Nhial Deng Nhial a exprimé la profonde et la sincère gratitude de la République du Soudan du Sud et de son peuple pour le déploiement à Juba, en 2017, d'un hôpital de compagne médico-chirurgical des Forces Armées Royales, ainsi que pour la plupart des actions entreprises lors de la visite officielle de Sa Majesté le Roi Mohammed VI au Soudan du Sud en février 2017.

 

Pendant leurs entretiens, M. Bourita et M. Nhial ont fait le point sur les relations dynamiques et fortes qui existent entre le Maroc et le Soudan du Sud, et ont réaffirmé leur ferme détermination pour leur donner une nouvelle impulsion et diversifier les domaines de coopération   bilatérale   pour   en   faire   un   partenariat   bénéfique   pour   les   eux   pays, particulièrement  par la promotion des secteurs clés et d'intérêt commun, conformément aux Hautes Directives des Deux Chefs d'Etat, Sa Majesté Mohammed VI. Roi du Maroc et son Frère, Son Excellence Salva Kiir Mayardit, Président de la République du Soudan du Sud.

 

Durant les entretiens, l'occasion a été offerte pour passer en revue les actions déjà réalisées, afin d'insuffler à la coopération entre les deux pays frères, la dynamique souhaitée dans les domaines examinés. Un accent particulier a été mis sur la coopération entre les deux pays dans le domaine de l'infrastructure, de l'Habitat, de l'agriculture et l'élevage, de l'industrie, des mines, de la formation professionnelle, le développement social et la santé.

 

Les deux parties ont passé en revue les questions régionales et internationales d'intérêt commun et se sont félicités des positions convergentes des deux pays en rapport avec les questions soulevées.

 

M. Nasser Bourita a félicité M. Nhiàl Deng Nhial pour la conclusion d'un nouvel accord de paix, signé le 12 septembre 2018, le qualifiant de" mesure audacieuse pour construire un Soudan du Sud stable et prospère. A cet égard, M. Bourita a réitéré la disponibilité du Maroc à contribuer à la consolidation de la stabilité et du processus de construction de la paix au Soudan du Sud.

 

Louant les actions réalisées par le Maroc en faveur de la stabilité et le développement de l'Afrique dans son ensemble, M. Nhial Deng Nhial a exalté la vision du Royaume du Maroc sur le renforcement de la coopération sud-sud et interafricaine.

 

Le Ministre des Affaires Etrangères de la République du Soudan du Sud, M. Nhial Deng Nhial, a saisi cette opportunité pour clarifier la position officielle de son pays selon laquelle la République du Soudan du Sud n'a jamais eu de liens diplomatiques d'aucune sorte et
n'entretient aucune relation avec la soi-disant "rasd" ou toute autre entité sahraouie.

 

M. Nhial Deng Nhial, a exprimé l'appui de son pays à l'intégrité territoriale du Maroc et a salué l'initiative du plan d'autonomie, proposé par le Royaume du Maroc afin de trouver une solution politique à ce différend régional sur la question du Sahara Marocain, tout en réitérant le soutien total de la République du Soudan du Sud au rôle joué par les Nations Unies en tant que cadre exclusif et consensuel pour la recherche d'une solution durable à ce conflit régional.

 M.   Nhial   Deng  Nhial,  a  invité  M.  Nasser  Bourita  à  effectuer  une  visite  officielle  en République du Soudan du Sud. M. Nasser Bourita a accepté avec plaisir cette invitation. Les dates pour la réalisation de cette visite seront fixées par voie diplomatique.

 

A l'issue de cette visite, M. Nhial Deng Nhial a exprimé sa sincère reconnaissance pour l'accueil chaleureux et l'hospitalité qui lui ont été accordés, ainsi qu'à sa délégation durant leur séjour au Maroc.

 

Fait à Rabat, le 19 octobre 2018,

 

Pour

Le Gouvernement du Royaume du

Maroc

Nasser BOURITA

 

Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale

 

Pour


Le Gouvernement de la République du

Soudan du Sud

Nhial Deng Nhial

 

Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale

 

 

 

LANCEMENT DU PROCESSUS DE L’ASSEMBLEE GENERALE CONSTITUVE DU « MOUVEMENT CŒURS UNIS », LORS D’UNE CONFERENCE DE PRESSE ANIMEE PAR LE COORDONNATEUR

Le Mouvement « Cœurs Unis » donne de la voix à travers son coordonnateur Simplice Mathieu Sarandji, lors d’une conférence de presse, lançant le processus de l’Assemblée Générale constitutive, prévue du 08 au 10 novembre 2018, à l’Hôtel Oubangui à 14 heures. Le Mouvements Cœurs Unis a pour cheval de bataille « La cohésion sociale, la paix et le développement ». Unissons nos cœurs pour bâtir la RCA.

Les têtes pensantes du Mouvement Cœurs Unis sont en majorité des éducateurs, d’où la nécessité absolue d’éduquer les cœurs des citoyens centrafricains. Le logo comporte : la carte de la RCA au centre de laquelle trois cœurs interconnectés et au-dessus, le soleil de l’espoir. Il est juste question de transformer les mouvements de soutien d’antan, en un mouvement politique bien agencé. Cœurs Unis va voir le jour grâce à la réflexion bien mûrie des personnalités indépendantes. Il s’agit de « construire les fonds baptismaux. Cœurs Unis se réclame centriste et démocrate en termes d’idéologie. Le processus constitutif sera effectif les 8, 9 et 10 novembre 2018, à l’OMNISPORT de Bangui.

Voici les propos introductifs du Coordonnateur Simplice Mathieu Sarandji.

Julien BELA

Je voudrais d'abord vous remercier très sincèrement d'avoir répondu présents à ce Rendez-vous et vous féliciter par la même occasion pour le rôle combien important que vous ne cessez de jouer auprès de la population.

En effet, la République Centrafricaine notre pays a connu depuis plusieurs décennies des crises militaro-politiques ayant compromis les efforts de son développement. La cohésion sociale, le vivre ensemble et l'unité nationale qui sont le socle de notre Nation ont totalement été désarticulé. Ce tableau sombre avait justifié en son temps la déclaration de candidature aux élections présidentielles du Professeur Faustin Archange TOUADERA en tant que candidat indépendant, le 04 août 2015. Pour ce faire il s'est appuyé sur la maxime selon laquelle : « le cœur de l'éducation c'est l'éducation des cœurs » c'est ainsi il a invité les centrafricains à unir leurs cœurs pour bâtir leur pays, la R.C.A ; c'est ce qui a justifié son Logo lors de ces échéances.

Après sa brillante élection au second tour des élections présidentielles, tous les centrafricains qui se sont retrouvés au-sein des comités de soutien ont vivement souhaités les transformé en un Mouvement politique qui a pour mission d'œuvrer pour l'unité et de consolider les acquis de la Gouvernance du Professeur Faustin Archange TOUADERA Président de la République, Chef de l'Etat.

Il y'a plus d'un an, nous nous sommes mobilisés autour d'un projet politique : celui de la mise en place effective du Mouvement Politique dénommé « Mouvement Cœurs Unis » pour la renaissance de la Centrafrique, en abrégé M.C.U.

Il faut noter que le M.C.U est l'œuvre des personnalités indépendantes et politiques qui se sont engagées au titre de leur attachement à la vision politique du Professeur Faustin Archange TOUADERA pour le succès des élections couplées. D'où nécessité de les faire adhérer à un espace d'expression politique.

Ainsi donc, le Mouvement Cœurs unis en gestation répond aux exigences de la trilogie politique du Professeur Faustin Archange TOUADERA,

président de la République Chef de l'Etat. J'entends par trilogie politique :

-  Sa vision ou ses idéaux ;

-  Son projet de société ;

-  Son programme de Gouvernement.

Pour y parvenir, nous qui l'avons soutenu et élu, avons cru nécessaire de procéder à la mutation ou au mieux à la refondation des comités de soutien en une organisation politique juridiquement constituée. Le M.C.U se veut un Mouvement politique d'obédience centriste-démocrate et laïque, attaché à la forme et aux valeurs républicaines, au respect des droits, des libertés fondamentales et à la démocratie politique, économique et sociale. 11 œuvre également pour l'unité de tous les citoyens.

L'objet de la conférence de presse de ce jour est de porter à la connaissance du public et ce de manière officielle, l'imminence de F Assemblée Générale Constitutive du Mouvement Cœurs Unis (M.C.U).

Arrivé aux termes des travaux préparatoires que j'ai personnellement lancés ici et qui ont duré deux mois, je voudrais en ma qualité du Président du Présidium de ses Assises vous informer que cette Assemblée

Générale se tiendra du 08 au 10 Novembre 2018 à Bangui, au Stade Omnisports.

Seront présents à ces Assises quatre délégués par sous-préfecture, par Arrondissement de Bangui, Bégoua et Bimbo sans oublier ceux de la Diaspora. A l'ouverture et à la clôture, seront présentes les plus Hautes Autorités du pays, les personnalités politiques de tous bords ainsi que les Représentations diplomatiques.

Voilà, Messieurs de la presse, l'essentiel du message que j'ai tenu à vous délivrer aujourd'hui pour que vous en fassiez large écho auprès de la population. Je suis à votre disposition pour des éventuelles questions.

Je vous remercie infiniment !

 

********

 

 

L’AMBASSADEUR DE CHINE A OFFERT UN COCKTAIL DE GRANDS REMERCIEMENTS EN L’HONNEUR DE LA MINUSCA, CE 02 /11/2018

INCIDENT VIOLENT DE SOSSO-NAKOMBO : 3 MORTS ET UN BLESSE GRAVE

Son Excellence M. Chen Dong, Ambassadeur de Chine en Centrafrique, a imprimé un cachet particulier à ce cocktail de grands remerciements en l’honneur de la Minsuca, ce vendredi 02 novembre 2018 à 18 heures, dans la salle de réunion de ladite Ambassade. En effet, un incident très violent a opposé la population de Sosso-Nakombo au personnel d’une entreprise minière chinoise opérant dans la localité. Le bilan faisait état de trois (3) morts et un blessé grave parmi les ressortissants chinois. Les 63 autres ont été évacués sur Cameroun pour les mettre en sécurité.

Son Excellence Chen Dong a bénéficié d’un concours très efficace, dynamique et extrêmement rapide, car c’est une question d’urgence, voire d’extrême urgence pour sauver des vies humaines.

La Minusca a contribué en ressources humaines militaires, médicale et de l’aviation pour évacuer le blessé grave dans un centre de santé. Le contingent Tanzanien a servi d’escorte à l’Ambassadeur et toute son équipe, soutenus par la police et la gendarmerie nationale. L’évènement a eu lieu le 04 octobre 2018 à Sosso-Nakombo dans la préfecture de la Mambéré-Kadéi, à l’Ouest de la RCA. Ce cocktail coïncide avec le 40ème anniversaire de la coopération médicale sino-centrafricaine. Une exposition des actions médicales chinoises en images, a ponctué la soirée, témoignant de l’engagement profond de la Chine en RCA. La projection d’une vidéo a permis à l’assistance de voir le secours déployé par la Minusca en compagnie de l’Ambassadeur. Pour la circonstance, voici l’allocution de Son Excellence, l’Ambassadeur de Chine à l’endroit de la Minusca, où il remercie du fond du cœur, le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, Parfait Onanga Anyanga. A la demande de l’Ambassadeur, la Minusca n’a pas hésité un seul instant à voler au secours des 63 ressortissants chinois en danger de mort à Sosso-Nakombo, pour les évacuer vers le Cameroun voisin.                       

Julien BELA

 

Allocution de S.E.M CHEN Dong, Ambassadeur de Chine en RCA à l’occasion de la Réception pour la MINUSCA après l'incident tragique survenu le 4 octobre 2018 à Sosso-Nakombo

Excellence M. le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour    la    République    Centrafricaine,    Chef    de    la    Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique, Mesdames et Messieurs, les Responsables des différentes sections de la MINUSCA,

Mes chers compatriotes,

Aujourd'hui, j'ai le grand plaisir de vous inviter à l'Ambassade de Chine pour remercier très sincèrement de la précieuse assistance que vous avez bien voulu accorder suite à l'incident violent et dévastateur qui a causé 3 ressortissants chinois morts et un grièvement blessé le 4 octobre à Sosso-Nakombo en RCA.

Permettez-moi tout abord d'adresser mes remerciements à Monsieur Parfait Onanga-Anyanga* Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU, Chef de la MINUSCA et mon cher ami. Face à ce moment difficile, toute l’équipe de la MINUSCA, sous votre direction et coordination, a une assistance considérable et louable en faveur de l'Ambassade de Chine, ce qui témoigne votre amitié et solidarité avec le gouvernement et le peuple chinois dans l'esprit humanitaire.

Mes remerciements vont aussi à l'endroit de la section du Support de Mission, dirigée par M. Milan Trojanovic. Mon compatriote gravement blessé a réussi à échapper à la mort, grâce aux soins médicaux d'urgence offerts par le contingent médical serbe de l'Hôpital Niveau II de la MINUSCA, pour ne citer que Dr. Sophia, Dr. Marco et Dr. Kwena, et à l'évacuation sanitaire du blessé, effectuée par M. Souleymane Doucoure, M. Jake Leonamaa et M. Shankar Raj Bista exceptionnellement avec un avion des Nations Unies pour des soins nécessaires par des équipements adéquates disponibles en Ouganda.

Je tiens également à saluer votre assistance en moyens de transport qui rendent possible d'aller en province pour consoler mes 63 compatriotes affectés par l'incident et temporairement installés à Berbérati. Et la coordination inlassable de la section des opérations militaires, le Bureau basé à Berbérati et le contingent tanzanien local est indispensable pour que mes compatriotes ont pu être évacués sain et sauf au Cameroun.

En outre, la section des Investigations criminelles, dirigée par M. Jérôme GRENARD, a aussi joué un rôle important et positif en faveur de l'enquête des criminels, qui aboutit à l'arrestation des 15 suspects.

De même, je saisis cette occasion pour remercier mes compatriotes Mme YU Weijie, pour son rôle d'interface facilitant la coordination entre l'Ambassade et la MINUSCA.

En février 2017, la 55e Commission des Nations Unies pour le développement social a approuvé par consensus le concept chinois de la construction d'une communauté de destin pour l'humanité. C'est la première fois que cette initiative chinoise est intégrée dans une résolution onusienne, ce qui traduit la reconnaissance mondiale de la proposition chinoise à notre monde en proie à de nombreux défis et risques. Cette résolution ouvre également de nouveaux horizons pour la coopération entre la Chine et l'ONU, dont la construction d'une communauté de destin pour l'humanité dans le monde en général et en RCA en particulier.

Au nom de l'Ambassade de Chine et en mon nom personnel, je vous félicite des efforts inlassablement déployés par la MINUSCA, qui a bel et bien accompli son mandat depuis 2014 en ayant beaucoup contribué à la reconstruction progressive de la paix, à la restauration de l'autorité centrafricaine et à la protection des civils.

Dans les mêmes perspectives, sous l'initiative de la construction d'une communauté de destin pour l'humanité et tout en respectant le principe de coordination, la transparence et la solidarité, l'Ambassade de Chine va continuer à conjuguer les efforts avec la MINUSCA et tous les autres partenaires pour faire avancer la paix, la stabilité et la prospérité en RCA.

Je vous remercie.  

—————

Son Excellence, Parfait Onanga Anyanga, répond à l’Ambassadeur.

Dans une allocution improvisée, le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, Parfait Onanga Anyanga, a affirmé sans ambages que « l’émotion est grande ce soir dans la grande famille des Nations Unies. Mon vœu est celui d’un prompt rétablissement au blessé. Depuis son lit de l’hôpital, il dit merci à la Minusca. Vous êtes un grand Ambassadeur. Vous avez entendu et vous avez couru, ce qui témoigne de votre grandeur d’âme. Nous voyons une contribution multiforme de la Chine au relèvement de la RCA. Les bienfaits de la Chine envers notre pays sont énormes. Nous allons continuer à travailler pour éclairer ceux qui en ont besoin. Il y a de l’ignorance. Nous devons proclamer les valeurs de l’humanité, pour que la stabilité revienne très vite dans le pays. Dès que le Chef de l’Etat a été informé, il a déclaré : « Les coupables doivent faire face à toute la rigueur de la loi, de la justice ». Pour que la Minusca travaille, il faut le consentement du gouvernement centrafricain. La Chine a une longue histoire, dont la construction d’une communauté de destin de l’humanité. La Chine n’a jamais utilisé ces valeurs à des fins de domination, alors que les autres les utilisent pour dominer le monde. Monsieur l’Ambassadeur, merci.

Selon nos recoupements, les artisans miniers voient d’un très mauvais œil cette entreprise chinoise qui travaille avec des machines. La moindre étincelle devait mettre le feu aux poudres (NDLR).

Propos recueillis par Julien BELA

 

 

SOCASP

Société Centrafricaine de Stockage de Produits Pétroliers

Avis d’Appel d’Offres Ouvert (AAOO)

N° 02/18/SOCASP/DG/CG

 

Travaux de Réhabilitation du Parking de Stationnement des Camions Citernes au Dépôt de Kolongo

« Deux (02) Lots »

 1-  La Société Centrafricaine de Stockage de Produits Pétroliers (SOCASP) dispose du Fonds Propre sur le budget (Exercice 2018), aux fins de ses dépenses d’investissement, et a l’intention d’utiliser une partie de ce fonds pour effectuer des paiements au titre du Marché N° 02/18/SOCASP/DG/CG pour les Travaux de Réhabilitation du Parking de Stationnement des Camions Citernes au Dépôt de Kolongo.

 

2. La Société Centrafricaine de Stockage de Produits Pétroliers (SOCASP), sollicite des offres fermées de la part de candidats éligibles et répondant aux qualifications requises pour les Travaux suivants :

 

-    Lot N° 1 : Construction d'une Portion de Clôture et d’Aménagement de la Plate Forme de Circulation et de Stationnement des Camions Citernes ;

 

-     Lot N° 2 : Construction d'un Hangar d’Abri et Latrines pour les Camionneurs.

 

3. La passation du Marché sera conduite par Appel d’offres ouvert tel que défini dans le Code des Marchés publics aux articles 32 et 33, et ouvert à tous les candidats éligibles.

 

4.   Les candidats intéressés peuvent obtenir des informations auprès de Monsieur Jean KAMANDA, Chef de Service de Passation des Marchés Publics au Ministère  de  l’Equipement,   des  Transports,  de  l’Aviation  Civile  et  du Désenclavement. B.P. 978 Bangui (RCA). Tél : (00236) 75 05 92 22 / 70 02 06 88 E-mail : ou jeankamanda@ymail.com et prendre connaissance des documents d’Appel d’offres à l’adresse mentionnée ci-après : Service de Passation des Marchés Publics au Ministère des Travaux Publics et de l’Entretien Routier, avenue David Dacko, B.P. 978 Bangui (RCA) de 8 H 30 mn à 15 H 00, heure locale.

 

5.   Les exigences en matière de qualifications sont :

 

 a.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !